« Entre l'aisselle… » par Abravanel

Entre l’aisselle…

Dépistage du cancer du sein
Octobre: Le Mois Du Cancer Du Sein / October – National Breast Cancer Awareness Month Par ~Alia~

Entre l’aisselle et le sein
Se creuse un pli d’une finesse
Si doux qu’il est cruel
De n’en garder qu’un trait

Là où ma joue fait son nid
Je me souviens de toi
Si caressante que la peau
Réchauffait la distance

Abravanel, Poète Amateur

« Sonnet moderne » de Jean Richepin

Jeune Femme à New-York

Sonnet moderne

Portrait d'Émilie
Sans titre Par StephenMcleod – International Man of Mystery

Elle mit son plus beau chapeau, son chapeau bleu,
Et la robe que nul encor n’a dégrafée.
Puis elle releva la boucle ébouriffée
Que sa voilette avait fait redescendre un peu.

Elle se dit : – C’est mal, très-mal! Et comme il pleut !
Je serai faite, vrai, comme une vieille fée ! –
Puis, avant de sortir, pour prendre une bouffée
D’air chaud, elle allongea ses mains devant le feu. Continuer la lecture de « « Sonnet moderne » de Jean Richepin »

« La fille de l'air » de Jules Verne

La fille de l’air

À Herminie.

La Fille de l'air
La Chine en mouvement : chemin champêtre Par bertrand môgendre

Je suis blonde et charmante,
Ailée et transparente,
Sylphe, follet léger, je suis fille de l’air,
Que puis-je avoir à craindre ?
Une nuit de m’éteindre ?
Qu’importe de mourir comme meurt un éclair !

Je vole sur la nue ;
Aux mortels inconnue,
Je dispute en riant la vitesse aux zéphirs !
Il n’est point de tempête
Qui pende sur ma tête ;
Je plane, et n’entends plus des trop lointains soupirs.

Je vais où va l’aurore ;
On me retrouve encore
Aux mers où tout en feu se plonge le soleil !
Quand son tour le ramène,
Prompte, sans perdre haleine,
je le joins, et c’est moi qu’on salue au réveil.

Qui suis-je ? où suis-je ? où vais-je ?
N’ayant pour tout cortège
Que les oiseaux de l’air, les étoiles aux cieux ?
Je ne sais ; mais tranquille,
Aux pensers indocile,
Je m’envole au zénith, au fronton radieux !

Parfois je suis contrainte ;
Mais c’est la molle étreinte
De l’amour qui me berce en ses vives ardeurs !
J’en connais tous les charmes ;
J’en ignore les larmes,
Et toujours en riant, je vais de fleurs en fleurs Continuer la lecture de « « La fille de l'air » de Jules Verne »