Nouvelle érotique : Cabine d'essayage

Cabine d’essayage

Cabine d'essayage
IMG_2838b par courambel

Martine utilisait l’escalator qui mène aux étages desservant les plates formes du complexe marchand de la Défense. A ces niveaux se trouvaient des magasins de prêt à porter haut de gamme. Elle se rendait dans une de ces boutiques de luxe. La période des soldes battait son plein. Martine cherchait une robe légère et courte qui mettrait en valeur son corps et ses jambes. Une robe au décolleté avantageux pour sa poitrine. Un peu provocatrice, elle aimait montrer son anatomie, enfin juste ce qu’il fallait pour allumer le feu à la libido des hommes. Elle aguichait, sans chercher à provoquer. Elle souhaitait simplement attirer le regard, créer l’envie. Il se dégageait de sa personne quelque chose d’érotique, de charnel. Elle savait le pouvoir qu’elle exerçait sur les humains et les hommes en particulier. Elle riait du tourment qu’elle lisait dans les yeux éperdus du passant, s’amusait de l’agitation qu’elle suscitait.

Sa jupe courte laissait voir deux jambes fuselées aux cuisses galbées ainsi que sa culotte rouge à dentelles. Bien des mâles l’observaient à la dérobée, d’autres plus directement sans se cacher du regard courroucé des autres femmes. Elle adorait se savoir observée. Un jour assise à la terrasse d’un café, dans le même complexe, elle avait croisée ses jambes nues. Sa mini jupe laissait voir l’entrée de la porte aux délices. Elle jouissait du regard des hommes qui passaient et repassaient, les yeux avides et leurs bouches sèches. Martine était une sensuelle qui appréciait autant les caresses que les regards envieux sur son corps.

La quarantaine passée, elle offrait un corps splendide, bien proportionné et un visage qui la faisait paraître plus jeune. Elle portait un soutien gorge rouge que l’on devinait lorsque les yeux plongeaient dans l’échancrure de son corsage peu sage. Une échancrure généreuse tout comme ses seins que les hommes épiaient avec avidité et pour certains le visage congestionné. Parfois ce n’était pas uniquement le visage qui se congestionnait. Elle se souvenait avec délectation d’un jour où presque dans la même situation, mais sur un escalier mécanique d’une gare de banlieue, elle avait fait chavirer la foi d’un prélat ! L’abbé en voyant ses cuisses était devenu rouge comme une tomate. Son sexe en érection  laissa percevoir une bosse dans le pantalon. Martine avait plaisanté de la chose. Oh ! Monsieur le curé vous avez quelque chose qui bouge dans votre slip. Le bougre avait beau invoquer dieu, rien n’y faisait ! Innocente et perverse elle avait de sa main tâté, caressé  l’objet du délit. Le prêtre s’était épanché dans son pantalon tout confus.

 Elle ne laissait personne indifférente, ni les hommes qui espéraient, ni les femmes qui la jalousaient. Beaucoup d’hommes l’avaient suivis sur l’escalier simplement pour lorgner, capter l’instant.  Ils n’avaient rien à faire dans la galerie marchande, mais ils suivaient une image, un désir. Hélas la convoitise venait de disparaître dans une boutique de vêtements pour dames. Il eut été indécent pour ces mâles d’accompagner l’ingénue. Ils firent demi-tour ou continuèrent leur chemin à la recherche d’une autre image. Il est vrai que la saison printanière et ses premières chaleurs déshabillaient les filles, raccourcissaient les vêtements, offrant les corps aux doux rayons du soleil et aux voyeurs privés par un long hiver qui emmitoufla jusqu’au nez les femmes.

Martine était nature. Elle ne pensait pas aux regards concupiscents des autres bien qu’elle savait que son port attirait bien plus que des marins sans filles. Des maris, en apercevant son allure, regrettaient leur célibat.

Elle était belle et en profitait tant que cela durerait. Au fond d’elle-même elle en retirait un bonheur physique de voir les yeux des hommes la contempler tout en sortant de leurs orbites. Parfois son plaisir semblait plus profond. Elle aussi, du coin de l’œil, regardait les observateurs. En rêve, elle disséquait les corps, évaluait leur virilité, observant les mains. Les mains, surtout celles aux longs doigts susceptibles de caresses profondes, d’effleurements, celles qui  déclenchent des ondes sur sa peau. Oui, martine supputait et, le cas échéant, choisissait, tâtait le corps de l’homme, soupesait la capacité du type  comme on choisit un fruit à l’étal du marchand des quatre saisons. Elle était comme ça. Bien que pas féministe pour un sou, Martine avait décidé de choisir et non d’être choisi. A son adolescence,  elle avait fait le premier pas vers celui qui l’avait défloré. Elle avait conduit le sexe hésitant vers l’orifice de sa vulve pour l’intronisation. Elle savait ce qu’elle voulait. Elle obtenait ce qu’elle voulait. Ce qu’elle aimait par-dessus tout, c’était la sensualité, les massages, les préliminaires qui transforment votre corps stressé en un réceptacle à l’amour.

La boutique de luxe, tenue par deux femmes jeunes et jolies, étalait ses soldes aux chalands. Martine fit le tour des présentoirs, puis finit par jeter son dévolu sur une robe d’été.

–          Je vais l’essayer dit-elle à une vendeuse.

–          Je vous en prie répondit cette dernière en lui ouvrant le rideau de la cabine d’essayage.

La vendeuse s’attarda sur le corps de Martine comme si elle lui ôtait ses vêtements, tous ses habits. Martine se sentait nue sous le regard des yeux langoureux.

Martine qui venait régulièrement dans la boutique soupçonnait les deux femmes d’être lesbiennes. Martine n’avait jamais goûté à ce plaisir entre femmes. Elle ne rejetait pas forcément. Après tout, se disait-elle, le plaisir charnel d’une langue sur sa vulve qui titille le clitoris, les lèvres et l’entrée de son vestibule, que cette langue soit celle d’un homme ou d’une femme qu’importe !

La cabine spacieuse, éclairée par une lampe qui diffusait une lumière tamisée, offrait un grand miroir et plusieurs porte-vêtements. Martine enleva ses chaussures, sa jupe, son chemisier. Avec son slip et son soutien gorge rouge, son corps aurait fait bander un jésuite. Sa culotte laissait entrevoir le triangle de son jardin d’amour sur lequel tout être, normalement constitué, aimerait pâturer. Le dessin de sa vulve épousait le tissu transparent. Les boutons de ses seins semblaient vouloir percer le tissu et les aréoles dessinaient leurs cercles que l’on devinait. Elle était belle et le savait. Lentement ses mains prirent les deux globes qu’elle tritura, malaxa, puis descendirent vers le slip. Une main souleva le tissu et des doigts s’aventurent sur le jardin pour cueillirent le fruit qui se gonflait sous les caresses. Martine aimait se caresser, se donner du plaisir. Elle ressentait, de ses plaisirs solitaires, une plénitude entière de son corps, une jouissance sans retenue. Elle savourait l’excitation qui montait.  Elle ferma les yeux, soupira et brusquement sursauta.

Christelle dans la cabine d'essayage
Christelle par Christelle

D’autres mains caressaient son dos, épousaient la forme de ses mamelons, le galbe de ses cuisses. Des caresses douces qui faisaient tressaillir sa peau, lui procurant des secousses qui se propageaient   dans les ramifications de ses nerfs. Elle resta étourdie. Elle ouvrit les yeux. Là dans le miroir, elle  le vit. L’homme, derrière elle et tout contre elle, souriait. Il dépassait Martine d’une tête. Il portait un pantalon et une veste anthracite. Une chemise crème moulait son torse. Ses mains expertes aux longs doigts effilés dansaient, virevoltaient sur sa peau, effleuraient son épiderme et procuraient une sensation électrique dans tout son être. Doucement, lentement une main dégrafa le soutien gorge. Deux seins laiteux et fermes jaillirent à l’air libre. Les mains chaudes enveloppèrent les deux globes en épousant leur forme. L’homme fit tourner Martine sur elle-même face à lui. Elle sentit son odeur. Il se pencha. Leurs lèvres se soudèrent en un long baiser et leurs langues se chatouillèrent avec tendresse tandis que de ses doigts fins il caressait les tétons qui durcirent et se dressèrent sous les doigts agiles. Puis, doucement, lentement, la bouche de l’homme abandonna la sienne pour descendre vers les seins que sa langue lécha puis continua sa descente vers la prairie qu’il brouta, vers les cuisses qu’il embrassa, suça. Sa langue mouillée se posa sur son vagin humide, rencontra les lèvres qui s’écartèrent à l’approche du plaisir, titilla le clitoris tandis qu’un de ses doigts agile pénétrait dans la fente ouatée, fouillait son intimité et déclencha la jouissance. Les jambes de Martine titubaient sous le plaisir, son souffle s’accentuait. Des vagues de volupté l’inondait. Sa gorge laissait échapper de longs murmures  rauques. Tout son corps frissonnait dans l’attente de l’explosion finale. Les pointes érigées de ses seins se dressaient. Le paroxysme de la jouissance montait en elle. Elle allait hurler avec l’orgasme qui se pointait quand soudain une sonnerie se mit à retentir rompant et le charme et la caresse de l’homme.

 Elle se ressaisit, se rhabilla en vitesse. Quand elle fut prête, elle se retourna. Elle était seule. L’homme aux longs doigts caressants avait disparu. Portant personne n’avait touché le rideau. Elle sortit, les joues rouges, le sexe enflammé.

–          Je prends la robe dit-elle encore toute retournée.

–          Oui madame répondit la caissière. Nous allons bientôt fermer le magasin. Vous êtes notre dernière cliente.

–          Il n’y a pas d’homme ici demanda Martine intriguée.

–          Non madame nous sommes deux femmes pour gérer la boutique. Nous ne voulons pas d’homme. D’ailleurs nous ne les aimons pas trop soupira t-elle en regardant Martine d’un air qui en disait long. Mais si vous voulez vous pouvez rester pour essayer d’autres vêtements. Nous fermons le store, vous n’aurez pas besoin d’aller en cabine pour vous déshabiller.

L’allusion paraissait évidente et directe. Les deux femmes entouraient Martine. L’une des vendeuses effleura de ses doigts les cuisses de Martine.

–          Vous êtes ravissante madame, lui dit-elle dans un sourire alangui.

–          Merci répondit Martine peut-être lors d’une autre visite nous ferons l’amour toutes les trois après la fermeture.

Les deux femmes semblaient aux anges et la promesse les tiendraient en joie jusqu’au jour ou Martine reviendrait. Car elle avait bien l’intention de goûter à d’autres sensations Martine. Mais aujourd’hui elle n’avait plus envie après les attouchements de l’inconnu qui avait disparu.

Pourtant Martine n’avait pas rêvé, d’ailleurs son corps gardait la douceur des caresses. Existait-il une porte secrète dans le fond de la cabine ? Était-elle la première à subir cet inconnu ? Quelle complicité pouvait-il avoir entre les deux femmes et cet inconnu ? Une quantité de question se bousculaient dans sa tête.

C’était aussi la première fois que Martine ne choisissait pas mais était choisie.

Martine quitta la boutique. Elle ne sut jamais qui fut cet homme et malgré de nombreuses visites dans le magasin, plus jamais elle ne le revit.

http://vjp49ecritures.e-monsite.com/pages/nouvelles-erotiques.html

« Art d'aimer » par André Chénier

Art d’aimer

Fragment III

[singlepic id=146 w=320 h=240 mode=web20 float=right]Ainsi le jeune amant, seul, loin de ses délices,
S’assied sous un mélèze au bord des précipices,
Et là, revoit la lettre où, dans un doux ennui,
Sa belle amante pleure et ne vit que pour lui.
Il savoure à loisir ces lignes qu’il dévore ;
Il les lit, les relit et les relit encore,
Baise la feuille aimée et la porte à son cœur. Continuer la lecture de « « Art d'aimer » par André Chénier »

« Dure contrainte… » de François de Malherbe

Dure contrainte…

Adieu
Les adieux à Aphrodite Par Lucie_Ottobruc

Dure contrainte de partir,
A quoi je ne puis consentir,
Et dont je ne m’ose défendre,
Que ta rigueur a de pouvoir ?
Et que tu me fais bien apprendre
Quel tyran C’est que le devoir ?

J’aurai donc nommé ces beaux yeux
Tant de fois mes rois et mes dieux ?
Pour aujourd’hui n’en tenir compte,
Et permettre qu’à l’avenir
On leur impute cette honte
De n’avoir su me retenir ?

Ils auront donc ce déplaisir,
Que je meure après un désir,
Où la vanité me convie :
Et qu’ayant juré si souvent
D’être auprès d’eux toute ma vie,
Mes serments s’en aillent au vent ? Continuer la lecture de « « Dure contrainte… » de François de Malherbe »

« Finalement sur le point que Morphée » de Joachim du Bellay

Finalement sur le point que Morphée

Morphée
Morphée Par GoldenEye1990

Finalement sur le point que Morphée
Plus véritable apparaît à nos yeux,
Fâché de voir l’inconstance des cieux,
Je vois venir la soeur du grand Typhée :

Qui bravement d’un morion coiffée
En majesté semblait égale aux dieux,
Et sur le bord d’un fleuve audacieux
De tout le monde érigeait un trophée. Continuer la lecture de « « Finalement sur le point que Morphée » de Joachim du Bellay »

« Amour immaculé » par Émile Nelligan

Amour immaculé

Portrait au soleil couchant
Sunset Portrait (Reese at age 14) Par Pink Sherbet Photography

Je sais en une église un vitrail merveilleux
Où quelque artiste illustre, inspiré des archanges,
A peint d’une façon mystique, en robe à franges,
Le front nimbé d’un astre, une Sainte aux yeux bleus.

Le soir, l’esprit hanté de rêves nébuleux
Et du céleste écho de récitals étranges,
Je m’en viens la prier sous les lueurs oranges
De la lune qui luit entre ses blonds cheveux. Continuer la lecture de « « Amour immaculé » par Émile Nelligan »

« Une charogne » de Charles Baudelaire

Une charogne

Charogne
Flying high above Par Ludovic Hirlimann

Rappelez-vous l’objet que nous vîmes, mon âme,
Ce beau matin d’été si doux :
Au détour d’un sentier une charogne infâme
Sur un lit semé de cailloux,

Le ventre en l’air, comme une femme lubrique,
Brûlante et suant les poisons,
Ouvrait d’une façon nonchalante et cynique
Son ventre plein d’exhalaisons.

Le soleil rayonnait sur cette pourriture,
Comme afin de la cuire à point,
Et de rendre au centuple à la grande Nature
Tout ce qu’ensemble elle avait joint ; Continuer la lecture de « « Une charogne » de Charles Baudelaire »

« L'amour du mensonge » de Charles Baudelaire

L’amour du mensonge

Quand je te vois passer, ô ma chère indolente,
Au chant des instruments qui se brise au plafond
Suspendant ton allure harmonieuse et lente,
Et promenant l’ennui de ton regard profond ;

Quand je contemple, aux feux du gaz qui le colore,
Ton front pâle, embelli par un morbide attrait,
Où les torches du soir allument une aurore,
Et tes yeux attirants comme ceux d’un portrait,

Je me dis : Qu’elle est belle ! et bizarrement fraîche !
Le souvenir massif, royale et lourde tour,
La couronne, et son cœur, meurtri comme une pêche,
Est mûr, comme son corps, pour le savant amour. Continuer la lecture de « « L'amour du mensonge » de Charles Baudelaire »

« Le véritable amant » de Simon Bougoing

Le véritable amant

Misterio Profanado
Misterio Profanado Par Claudio Gonzalez

Les bons amants deux coeurs en un assemblent,
Penser, vouloir, mettent en un désir,
Un chemin vont, jamais ne se dessemblent ;
Ce que l’un veut, l’autre l’a à plaisir.
Point ne les vient jalousie saisir
En vrai amour, car de mal n’ont envie
Amour est bonne ; jaloux ont male vie.

En telle amour l’un l’autre ne mécroit,
Jamais entre eux n’a aucun contredit,
Ce que l’un dit, pour vrai l’autre le croit ;
Nul refus n’a entre eux, en fait ni dit ;
L’un pense bien que l’autre n’a rien dit
Que vérité, et que point ne ferait
Aucune chose que faire ne devrait. Continuer la lecture de « « Le véritable amant » de Simon Bougoing »