« Noblesse de confessionnal » par Penicolo, poète amateur

brown wooden church bench near white painted wall

Noblesse de confessionnal

La marquise a un précepteur
Qui lui enseigne la musique
Car elle a le luth romantique
Et un charme dévastateur

En enseignant ce professeur
Subissant son attrait magique
Voit se déformer son physique
Qui s’émeut de tant de douceur​
La marquise feint d’ignorer
Qu’il vient de se revigorer
D’une façon si évidente​
Qu’elle aimerait beaucoup pouvoir
Se montrer un peu plus ardente
Dans l’intimité du boudoir.​

Continuer la lecture de « « Noblesse de confessionnal » par Penicolo, poète amateur »

Nouvelle érotique « Mots Croisés » par un poète amateur

crop faceless woman sitting gracefully in car passenger seat

MOTS CROISÉS

Installé à ma place réservée du T.G.V., côté fenêtre, j’attendais le départ de la rame. Je prends toujours, lorsque cela est possible, une réservation près de la baie vitrée. J’adore regarder les paysages qui défilent. Contrairement à ce que l’on pourrait croire et malgré la vitesse du train, le voyageur a le temps d’admirer à travers le double vitrage sécurité, la vue qui s’offre à son regard. C’est aussi l’emplacement idéal, la fenêtre, pour ne pas être dérangé et pour avoir les yeux occupés. On évite d’observer la personne assise sur le siège attenant au votre, ou à lorgner le titre du livre qu’elle lit, ou les images de la revue qu’elle a grand ouverte sur ses genoux, ou son ordinateur portable. La fenêtre, dans un train, vous permet d’éviter  les autres, de vous isoler, de rêver, d’être à l’extérieur.

La canicule inondait d’une chaleur étouffante la ville ce jour d’été. Le train, malgré la climatisation, était particulièrement chaud. La plupart des voyageurs en tenue légère suffoquaient dans l’air moite. Je m’étais habillé d’une chemisette et d’un bermuda.

Le train patientait à quai en gare de Paris Montparnasse. Dans quelques minutes, il s’ébranlerait pour la destination de Nantes. De mon sac à dos, je sortis un magazine de mots croisés et je commençai à remplir les cases lorsqu’elle est arrivée.

Continuer la lecture de « Nouvelle érotique « Mots Croisés » par un poète amateur »

« Épreuves de l’écrit » par Andrée Chedid

photo of person writing on notebook

Épreuves de l’écrit

On voudrait, d’abord, se concilier l’aube, affermir le sol des tendresses, avant de se heurter à l’écorce lisse de la page, avant de pénétrer dans cette plaine sans abri.

Nue, et parfois hostile, cette page, dont l’appel, cependant, demeure incessant.

Répulsion-attirance, désir-repli, avant d’affronter son espace.
Puis, de s’y inscrire : à torrents ou goutte à goutte.

Devant cette surface mate, sans reliefs, souvent rebelle, comment croire, espérer, qu’à force de mots, de ratures, d’élans, de retombées, transparaîtra, peut-être, un sens qui réduit on ne sait quelle obscurité, qui dévide on ne sait quel écheveau?

Continuer la lecture de « « Épreuves de l’écrit » par Andrée Chedid »

« Acteur du Temps » par Sybille Rembard

time watch clock hours

Acteur du temps

Sybille Rembard

Écoulement progressif
Méandre alternatif
Usure
Hier, aujourd’hui, nos demains
Quand je ne serai plus là.
Je t’ai idolâtré
Tu m’as trahie
Lâche
Rivée sur moi-même, j’ai senti ton souffle
De plus en plus renversant
Mourir dans tes bras
Survivre

Sybille Rembard

2007

time watch clock hours
Photo by Skitterphoto on Pexels.com

« Dans la fièvre du ciel nocturne, l’aube passe » de Renée Vivien

photo of thunderstorm

Dans la fièvre du ciel nocturne, l’aube passe,
Les mains fraîches, riant dans le ciel argentin,
Et, comme les débris d’un somptueux festin,
Les nuages fanés s’effeuillent dans l’espace.

Tes yeux ont le reflet des eaux mortes ; ta grâce
D’amoureuse blêmit au souffle du matin ;
De tes lèvres s’exhale un soupir enfantin ;
Lentement s’alanguit ta forme ardente et lasse.

Continuer la lecture de « « Dans la fièvre du ciel nocturne, l’aube passe » de Renée Vivien »

« Avec la mort devant » par Andrée Chedid

La Mort

Avec la mort devant

Avec la mort devant

L’homme franchit l’écorce touche à la moelle afflue vers le cœur

Son œil retrouve grain ses pas rabattent les pièges

Sa main ajuste la clef

Ni les neiges ni la verdeur
Ni l’écart ni les ruses

Ne rebutent l’acharné au visage collé d’os

Bientôt

nous nous coucherons

dans ses archives sans frontières

Bientôt

nous coulerons

au fond du lit de tous

Sous la cotte fraternelle

d’eau de terre et de vent

Continuer la lecture de « « Avec la mort devant » par Andrée Chedid »