« De l’amour », par Antonis Skiathas

De l’Amour

Depuis des siècles commence à chanter
la lune, dans la chaux du dépôt,
ta poitrine obtient la forme d’une tour
pierre de sel andalouse,

à tous les dortoirs qui séchaient,
la lavande, le thym, les fleurs sauvages
de la sauge,
depuis nos réverbérations
concentriques jusqu’à l’île de Symi.

Ils s’accordèrent pour que la lumière,
ils s’accordèrent pour que le sel,
ils s’accordèrent pour que la lune,
descende vers les pommiers,
se cache dans le feuillage,
devienne un fruit mûr.

Ils s’accordèrent pour choisir les charpentiers des bateaux
afin qu’ils pontent le chantier de l’arche.

Ils s’accordèrent pour couronner
le commandant, les marins et l’équipage
du nouveau déluge.

Nos destins, hélas,
s’accordèrent sur de nombreuses choses.

Nous pourtant
sans signatures
sans contrats et notaires,

nous étions destinés à nous aimer.

Antonis Skiathas

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.