«Chanson du geôlier » par Jacques Prévert

Chanson du geôlier

Où vas-tu beau geôlier  
Avec cette clé tachée de sang  
Je vais délivrer celle que j’aime  
S’il en est encore temps  
Et que j’ai enfermée  
Tendrement cruellement  
Au plus secret de mon désir  
Au plus profond de mon tourment 

Dans les mensonges de l’avenir  
Dans les bêtises des serments  
Je veux la délivrer  
Je veux qu’elle soit libre  
Et même de m’oublier  
Et même de s’en aller  
Et même de revenir  
Et encore de m’aimer  
Ou d’en aimer un autre  
Si un autre lui plaît  
Et si je reste seul  
Et elle en allée  
Je garderai seulement  
Je garderai toujours  
Dans mes deux mains en creux  
Jusqu’à la fin des jours  
La douceur de ses seins modelés par l’amour. 

Jacques Prévert

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.