« Dors ! petit enfant. » par Michèle Brodowicz

Dors ! petit enfant.

Dors ! Dors ! petit enfant blotti dans nos refuges ;
Tu es le nourrisson par les Muses nourri,
Tes rires et tes pleurs se noient dans nos déluges
Entre soleil et pluie, en nos rêves tu vis.

Nos doigts te dessinent sur mon ventre brûlant ;
Ton visage d’ange a les traits de l’envie
Et ta peau le velours d’une fleur de printemps
Qui perce la neige et la mélancolie.

À tes cheveux bouclés se pendent les étoiles
Et dans tes yeux de nuit se perdent nos sanglots.
Le vent d’amour souffle sur un bateau à voiles
Perdu dans le désert d’une mer sans rouleaux.

Il n’est plus pur désir que te tendre nos bras,
Et t’apprendre à aimer la vie et ses beautés,
À te tenir la main au premier de tes pas
Et te bercer le soir au murmure des fées.

Dors ! Dors ! petit enfant blotti dans nos refuges ;
Tu es le nourrisson par les Muses nourri,
Tes rires et tes pleurs se noient dans nos déluges
Entre soleil et pluie, en nos rêves tu vis.

Michèle Brodowicz

enfant qui dort
Sleeping beauty. Beautee qui dors. par Julie

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.