« À vous qui bâtissez la nouvelle maison » de Nelly Sachs

À vous qui bâtissez la nouvelle maison

Quand toi, tu dresseras à nouveau tes murs –
Ton foyer, ta couche, et la table et la chaise –
Ne pends pas tes larmes, celles pour ceux qui sont partis,
Ceux qui n’habiteront plus avec toi,
Ni à la pierre
Ni au bois –Sinon il pleurera dans ton sommeil,
Si court mais que tu dois encore accomplir. Ne soupire pas, quand tu fais ton lit
Sinon tes rêves se mêleraient
À la sueur des morts.
Ah, les murs et les objets quotidiens
Sont sensibles comme des harpes de vent
Et comme un champ où pousse la douleur
Et ils ressentent en toi ton alliance avec la poussière.
Construis, quand le sablier ruisselle
Mais ne pleure pas les minutes
Parties ensemble avec la poussière
Qui recouvre toute lumière
 

Nelly Sachs

 
« Dans les demeures de la mort »

Silvia Sala in a japanase house
Self Portrait par Silvia Sala

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.