« L'Amour de la Patrie » de Paul Verlaine

L’amour de la Patrie

L’amour de la Patrie est le premier amour 
Et le dernier amour après l’amour de Dieu. 
C’est un feu qui s’allume alors que luit le jour 
Où notre regard luit comme un céleste feu ;

C’est le jour baptismal aux paupières divines 
De l’enfant, la rumeur de l’aurore aux oreilles 
Frais écloses, c’est l’air emplissant les poitrines 
En fleur, l’air printanier rempli d’odeurs vermeilles.

L’enfant grandit, il sent la terre sous ses pas 
Qui le porte, le berce, et, bonne, le nourrit, 
Et douce, désaltère encore ses repas 
D’une liqueur, délice et gloire de l’esprit.

Puis l’enfant se fait homme ou devient jeune fille 
Et cependant que croît sa chair pleine de grâce, 
Son âme se répand par-delà la famille 
Et cherche une âme soeur, une chair qu’il enlace ;

Et quand il a trouvé cette âme et cette chair, 
Il naît d’autres enfants encore, fleurs de fleurs 
Qui germeront aussi le jardin jeune et cher 
Des générations d’ici, non pas d’ailleurs.

L’homme et la femme ayant l’un et l’autre leur tâche 
S’en vont un peu chacun de son coté. La femme, 
Gardienne du foyer tout le jour sans relâche, 
La nuit garde l’honneur comme une chaste femme ; 

L’homme vaque aux durs soins du dehors ; les travaux, 
La parole à porter – sûr ce qu’il vaut – 
Sévère et probe et douce, et rude aux discours faux, 
Et la nuit le ramène entre les bras qu’il faut.

Tout deux, si pacifique est leur course terrestre, 
Mourront bénis de fils et vieux dans la patrie ; 
Mais que le noir démon, la guerre, essore l’oestre, 
Que l’air natal s’empourpre aux fleurs de tuerie,

Que l’étranger mette son pied sur le vieux sol 
Nourricier, – imitant les peuples de tous bords. 
Saragosse, Moscou, le Russe, l’Espagnol, 
La France de quatre-vingt-treize, l’homme alors,

Magnifié soudain, à son oeuvre se hausse, 
Et tragique, et classique, et très fort, et très calme, 
Lutte pour sa maison ou combat pour sa fosse, 
Meurt en pensant aux siens ou leur conquiert la palme

S’il survit il reprend le train de tous les jours, 
Élève ses enfants dans la crainte de Dieu 
Des ancêtres, et va refleurir ses amours 
Aux flancs de l’épousée éprise du fier jeu.

L’âge mûr est celui des sévères pensées, 
Des espoirs soucieux, des amitiés jalouses, 
C’est l’heure aussi des justes haines amassées, 
Et quand sur la place publique, habits et blouses,

Les citoyens discords dans d’honnêtes combats 
(Et combien douloureux à leur fraternité !) 
S’arrachent les devoirs et les droits, et non pas 
Pour le lucre, mais pour une stricte équité,

Il prend parti, pleurant de tuer, mais terrible 
Et tuant sans merci comme en d’autres batailles, 
Le sang autour de lui giclant comme d’un crible, 
Une atroce fureur, pourtant sainte, aux entrailles.

Tué, son nom, célèbre ou non, reste honoré. 
Proscrit ou non, il meurt heureux, dans tous les cas 
D’avoir voué sa vie et tout au lieu sacré 
Qui le fit homme et tout, de joyeux petit gas.

Paul Verlaine

0 réponse sur “« L'Amour de la Patrie » de Paul Verlaine”

Laisser un commentaire