« Dimanches (III) » de Jules Laforgue

Dimanches (III)

Je ne tiens que des mois, des journées et des heures….
Dès que je dis oui ! tout feint l’en-exil…
Je cause de fidèles demeures,
On me trouve bien subtil ;
Oui ou non, est-il
D’autres buts que les mois, les journées et les heures ?

L’âme du Vent gargouille au fond des cheminées…..
L’âme du Vent se plaint à sa façon ;
Vienne Avril de la prochaine année
Il aura d’autres chansons !….
Est-ce une leçon,
Ô Vent qui gargouillez au fond des cheminées ?

Il dit que la Terre est une simple légende
Contée au Possible par l’Idéal….
– Eh bien, est-ce un sort, je vous l’ demande ?
– Oui, un sort ! car c’est fatal.
– Ah ! ah ! pas trop mal,
Le jeu de mots ! – mais folle, oh ! folle, la Légende….

Jules Laforgue

 

Marguerite
Marguerites (Lente agonie… Vivre encore un peu…) Par Louis Engival

0 réponse sur “« Dimanches (III) » de Jules Laforgue”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.