« À la mémoire de Zulma vierge folle hors barrière et d'un Louis » de Tristan Corbière

À la mémoire de Zulma vierge folle hors barrière et d’un Louis

Elle était riche de vingt ans,
Moi j’étais jeune de vingt francs,
Et nous fîmes bourse commune,
Placée, à fond-perdu, dans une
Infidèle nuit de printemps…

La lune a fait un trou dedans,
Rond comme un écu de cinq francs,
Par où passa notre fortune :
Vingt ans ! vingt francs !… et puis la lune
En monnaie – hélas – les vingt francs
En monnaie aussi les vingt ans !
Toujours de trous en trous de lune,
Et de bourse en bourse commune…
– C’est à peu près même fortune !

– Je la trouvai – bien des printemps,
Bien des vingt ans, bien des vingt francs,
Bien des trous et bien de la lune
Après – Toujours vierge et vingt ans,
Et… colonelle à la Commune !

– Puis après : la chasse aux passants,
Aux vingt sols, et plus aux vingt francs…
Puis après : la fosse commune,
Nuit gratuite sans trou de lune.

Tristan Corbière

Les Amours jaunes

Chloé
chloe_085.jpg par Nova

0 réponse sur “« À la mémoire de Zulma vierge folle hors barrière et d'un Louis » de Tristan Corbière”

Laisser un commentaire