« Chant Quatrième » (extrait) de Gabriel Seinac De Meilhan

Chant Quatrième

(extrait)

{…}

J’aime en amour le train de la canaille
Et point les tons des gens de qualité.
Lorsque je fous, il faut qu’un Con travaille,
Qu’il me féconde, et avec volupté,
Pompant les sucs de ma couille fertile,
Dans son allure : il fait leste et facile.Car de passer ses jarrets et ses reins
A dérouiller le Con d’une Robine,
Qui ne demande à Dieu tous les matins,
Que le bonheur de presser des engins,
Et cependant contrefait l’enfantine,
Quand on la fout à triple carillon,
C’est se plonger dans l’abîme d’un Con.
Vous la verriez défendre son téton,
Comme à quinze ans une jeune Pucelle,
Vous rebuter pour une bagatelle,
Pour un baiser, pour un mot polisson,
En minaudant, trancher de la cruelle.
Mais offrez-lui quelque gros saucisson,
Un Vit de bronze, elle aime ce lardon ;
Elle vous va livrer sa citadelle.
Les deux battants pour vous seront ouverts,
Et vous pourrez sur la froide Aridelle,
Faire expirer vos caprices divers :
Avrai dire, vous aurez à combattre
Tous les valets, qui la foutent par quatre,
Et qui depuis environ dix-neuf ans,
Tous les neuf mois lui flanquent des enfants.

{…}

Gabriel Seinac De Meilhan

Adieu
Les adieux à Aphrodite Par Lucie_Ottobruc

0 réponse sur “« Chant Quatrième » (extrait) de Gabriel Seinac De Meilhan”

Laisser un commentaire