« Sonnet » de Marie Stuart

Sonnet

Que suis-je, hélas ! et de quoi sert ma vie ?
Je ne suis fors qu’un corps privé de coeur,
Une ombre vaine, un objet de malheur,
Qui n’a plus rien que de mourir envie.

Plus ne portez, ô ennemis, d’envie
A qui n’a plus l’esprit à la grandeur,
Ja consommé d’excessive douleur.
Votre ire en bref se verra assouvie.

Et vous, amis, qui m’avez tenue chère,
Souvenez-vous que sans heur, sans santé,
Je ne saurais aucun bon oeuvre faire.

Souhaitez donc fin de calamité
Et que ci-bas, étant assez punie,
J’aye ma part en la joie infinie.

Marie Stuart

Reine d’écosse

Sonnet
_MG_8781_m par Stepan Radibog

0 réponse sur “« Sonnet » de Marie Stuart”

Laisser un commentaire