« Corps I » par Andrée Chedid

 Corps

I

Nos corps tissent la vie
Et puis tissent la mort

A perdre regard

Ils vont

Au point de ne plus être

Ils étaient cependant

J’existais

Et tu vas

Dans le cerne de toute chair
Dans la maison des yeux
Dans l’amour vulnérable
Dans l’incessant renaître.

Andrée Chedid

«Rythmes »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.