« Ève » de Marie Krysinska

Ève

À Maurice Isabey.

Seins
erotic nature Par In All Your Glory

Ève au corps ingénu lasse de jeux charmants
Avec les biches rivales et les doux léopards
Goûte à présent le repos extatique,
Sur la riche brocatelle des mousses.
Autour d’elle, le silence de midi
Exalte la pamoison odorante des calices,
Et le jeune soleil baise les feuillées neuves.
Tout est miraculeux dans ce Jardin de Joie:
Les branchages s’étoilent de fruits symboliques
Rouges comme des cœurs et blancs comme des âmes;
Les Roses d’Amour encore inécloses
Dorment au beau Rosier;
Les Lys premiers nés
Balancent leurs fervents encensoirs
Auprès
Des chères coupes des Iris
Où fermente le vin noir des mélancolies;
Et le Lotus auguste rêve aux règnes futurs.
Mais parmi les ramures,
C’est la joie criante des oiseaux;
Bleus comme les flammes vives du Désir,
Roses comme de chastes Caresses
Ornés d’or clair ainsi que des Poèmes
Et vêtus d’ailes sombres comme les Trahisons.
Ève repose,
Et cependant que ses beaux flancs nus,
Ignorants de leurs prodigieuses destinées,
Dorment paisibles et par leurs grâces émerveillent
La tribu docile des antilopes,
Voici descendre des plus hautes branches
Un merveilleux Serpent à la bouche lascive,
Un merveilleux Serpent qu’attire et tente
La douceur magnétique de ces beaux flancs nus,
Et voici que pareil à un bras amoureux,
Il s’enroule autour
De ces beaux flancs nus
Ignorants de leurs prodigieuses destinées.

Marie Krysinska

Rythmes pittoresques

0 réponse sur “« Ève » de Marie Krysinska”

  1. Serpent qui chante (et qui déchante)
    —————————————-

    Le serpent de jadis était un joyeux barde
    Écouté de la biche et du fier léopard ;
    Son chant véhiculait quelquefois des bobards,
    Que peut la vérité contre ceux qui la fardent ?

    Quand Eve savourait sa pause méridienne,
    Le charmant animal vantait le goût des fruits ;
    Il lui en apportait, presque sans aucun bruit,
    La femme chérissait l’offrande quotidienne.

    Pourquoi brisa-t-il donc ce charmant équilibre ?
    Je crois qu’il fut jaloux dans le fond de son coeur ;
    Alors il accomplit cet acte destructeur
    Par lequel, homme et femme, ils sont devenus libres.

Laisser un commentaire