« Sœur équivoque » de Victor Segalen

Sœur équivoque

De quel nom te désigner, de quelle tendresse ? Sœur cadette non
choisie, sage complice d’ignorances,

Te dirai-je mon amante ? Non point, tu ne le permettrais pas.
Ma parente ? Ce lien pouvait exister entre nous. Mon aimée ?
Toi ni moi ne savions aimer encore.

Sœur équivoque, et de quel sang inconnu ! – Maintenant, sois
satisfaite : ni sœur ni amie ni maîtresse ni aimée, chère
indécise d’autrefois,

Te voici désormais fixée, dénommée, par coutume et rite et sort,
(ayant perdu le nom de ta jeunesse,)

Sois satisfaite : te voici mariée. Tu es emplie de joie permise,

Tu es femme.

Victor Segalen

« Stèles »

Amour équivoque
WrenGh.! Par m y h e r O i n e

Laisser un commentaire