« Litanies féminines » de Lucie Delarue-Mardrus

Litanies féminines

Lesbiennes
Lesbian & Gay Pride (192) – 25Jun11, Paris (France) Par philippe leroyer

O Dame souveraine, O Vierge entre les vierges,
Pudique aux bras croisés chastement sur les seins,
Triomphante aux cheveux glorieusement ceints
Vers qui montent l’encens et le frisson des cierges !

Puisque tant, les doigts joints et les genoux ployants,
Viennent pleurer leur mal aux plis de votre robe,
Moi je ne serai pas qui raille et se dérobe,
Je lèverai vers vous mes regards incroyants,

Afin de vous prier, ô refuge des âmes,
O source ! aube ! vesprée et mystère des nuits,
– Pour que Dieu veille mieux le sexe dont je suis –
D’avoir des oraisons spéciales aux femmes.

O Dame !regardez tout ce monde si cher,
Cette féminité dont vous fîtes partie
Et voyez son enfance honteuse et pervertie
Déjà frôlée aux sens et pêchant en sa chair ;

O Dame ! regardez la prime adolescence,
Les vierges aux pensers troubles, aux cils menteurs,
Chastement abaissés sur de fausses pudeurs,
Et qui savent déjà la presque jouissance ;

O Dame ! regardez celle qui tournent mal
Les épouses en qui la chair ne peut se taire,
Qui trahissent sans honte et pour qui l’adultère
Finit par n’être plus qu’un passe-temps normal ;

O Dame ! regardez ces reines captieuses
Qui dans leurs manteaux d’or emportent les raisons,
Les courtisanes dont absorbent les poisons
Tous ceux qu’ont prix aux nerfs leurs lèvres vicieuses ;

O Dame ! regardez au fond des lupanars
Ces rebuts de pavé dites filles de joie
Marchandant au passant que le hasard envoie
Leur peau triste et fanée où luisent tous les fards ;

O Dame ! regardez enfin ces raffinées,
Celles qui vont fuyant les baisers masculins
Pour entre elles unir par des gestes câlins,
Leurs féminines chairs de l’homme détournées…

Regardez ! Et qu’un peu de votre chasteté
Tombe de front étoilé de couronnes
Sur ce monde d’enfants, de femmes, de matrones
Qui vivent dans le mal et l’impureté !

O Dame souveraine, O Vierge entre les vierges,
Pudique aux bras croisés chastement sur les seins,
Triomphante aux cheveux glorieusement ceints
Vers qui montent l’encens et le frisson des cierges !

Lucie Delarue-Mardrus

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.