« Litanies féminines » de Lucie Delarue-Mardrus

Litanies féminines

Lesbiennes

O Dame !regardez tout ce monde si cher,
Cette féminité dont vous fîtes partie
Et voyez son enfance honteuse et pervertie
Déjà frôlée aux sens et pêchant en sa chair ;

O Dame ! regardez la prime adolescence,
Les vierges aux pensers troubles, aux cils menteurs,
Chastement abaissés sur de fausses pudeurs,
Et qui savent déjà la presque jouissance ;

O Dame ! regardez celle qui tournent mal
Les épouses en qui la chair ne peut se taire,
Qui trahissent sans honte et pour qui l’adultère
Finit par n’être plus qu’un passe-temps normal ;

O Dame ! regardez ces reines captieuses
Qui dans leurs manteaux d’or emportent les raisons,
Les courtisanes dont absorbent les poisons
Tous ceux qu’ont prix aux nerfs leurs lèvres vicieuses ;

O Dame ! regardez au fond des lupanars
Ces rebuts de pavé dites filles de joie
Marchandant au passant que le hasard envoie
Leur peau triste et fanée où luisent tous les fards ;

O Dame ! regardez enfin ces raffinées,
Celles qui vont fuyant les baisers masculins
Pour entre elles unir par des gestes câlins,
Leurs féminines chairs de l’homme détournées…

Regardez ! Et qu’un peu de votre chasteté
Tombe de front étoilé de couronnes
Sur ce monde d’enfants, de femmes, de matrones
Qui vivent dans le mal et l’impureté !

O Dame souveraine, O Vierge entre les vierges,
Pudique aux bras croisés chastement sur les seins,
Triomphante aux cheveux glorieusement ceints
Vers qui montent l’encens et le frisson des cierges !

Lucie Delarue-Mardrus

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.