« Une amoureuse flamme » de Gérard de Nerval

Une amoureuse flamme

Flamme
Flamme Par kari_bum

Une amoureuse flamme
Consume mes beaux jours ;
Ah ! la paix de mon âme
A donc fui pour toujours !

Son départ, son absence
Sont pour moi le cercueil ;
Et loin de sa présence
Tout me paraît en deuil.

Alors, ma pauvre tête
Se dérange bientôt ;
Mon faible esprit s’arrête,
Puis se glace aussitôt.

Une amoureuse flamme
Consume mes beaux jours ;
Ah ! la paix de mon âme
A donc fui pour toujours !

je suis à ma fenêtre,
Ou dehors, tout le jour,
C’est pour le voir paraître,
Ou hâter son retour.

Sa marche que j’admire,
Son port si gracieux,
Sa bouche au doux sourire,
Le charme de ses yeux ; Continuer la lecture de « « Une amoureuse flamme » de Gérard de Nerval »

« Vous qui voulez savoir que c'est que de l'amour » de Jean Godard

Vous qui voulez savoir que c’est que de l’amour

Sourire
Sourire

Vous qui voulez savoir que c’est que de l’amour,
Je le vous vais ici tout maintenant décrire.
C’est un vrai doux amer, c’est un triste sourire ;
C’est l’aigle du Caucase et le bourreau vautour.

C’est sans cesse espérer et craindre tour à tour ;
C’est plaindre son malheur et se plaire au martyre ;
C’est sans cesse louer, c’est sans cesse médire ;
C’est être bien dispos étant pesant et lourd. Continuer la lecture de « « Vous qui voulez savoir que c'est que de l'amour » de Jean Godard »

« Rupture » de Beverly Abril

Rupture

Rupture
(tristesse) Par hugo b♪rth♪→photostream

Solitaire à sa fenêtre, une amante, une nuit
Déclama à son Sir, à corps et à cri
Doucement blessée, un peu lasse
Mais prise dans un élan de passion et de grâce

Ironie du sort
Appel du gouffre et de la mort
Noirceur d’une âme endeuillée
Linceul en écharpe porté

Oh! ne crois pas que je t’implore
Non, plus d’imploration, de quête ni de séduction
Elan perpétuel, cette envie d’encore
Désir d’une trêve, évincer la tension

L’empressée que je suis
N’arrêtera l’envol de Chronos
Ne me demandez pas, je ne puis
Arrêter celui d’Eros

Attachée à la vision de ces pâles souvenirs
Comment ai-je ainsi pu agir…
Je vous délie de mes troubles péchés pesants
Cet espace de douceur a attendri vos traits pourtant

Et ce désir faisant crépiter ma peau
Réponse algébrique à la somme de tous mes maux
Comment oublier ces divins instants
Où vous avez fait battre mon cœur de votre sang Continuer la lecture de « « Rupture » de Beverly Abril »

« Idylle » par Alfred de Musset

grayscale photo of two women kissing each other

Idylle

À quoi passer la nuit quand on soupe en carême ?
Ainsi, le verre en main, raisonnaient deux amis.
Quels entretiens choisir, honnêtes et permis,
Mais gais, tels qu’un vieux vin les conseille et les aime ?

RODOLPHE

Parlons de nos amours ; la joie et la beauté
Sont mes dieux les plus chers, après la liberté.
Ébauchons, en trinquant, une joyeuse idylle.
Par les bois et les prés, les bergers de Virgile
Fêtaient la poésie à toute heure, en tout lieu ;
Ainsi chante au soleil la cigale-dorée.
D’une voix plus modeste, au hasard inspirée,
Nous, comme le grillon, chantons au coin du feu.

ALBERT

Faisons ce qui te plaît. Parfois, en cette vie,
Une chanson nous berce et nous aide à souffrir,
Et, si nous offensons l’antique poésie,
Son ombre même est douce à qui la sait chérir. Continuer la lecture de « « Idylle » par Alfred de Musset »

« Encor que toi, Diane, à Diane tu sois » par Étienne Jodelle

Encor que toi, Diane, à Diane tu sois

Diane Kruger
Diane Kruger par Siebbi

Encor que toi, Diane, à Diane tu sois
Pareille en traits, en grâce, en majesté céleste,
En coeur, et haut, et chaste, et presqu’en tout le reste
Fors qu’en l’austérité des virginales lois,

La riche et rare fleur, qu’en tout ton corps tu vois,
Ton enbonpoint, ta grâce, et ta vigueur atteste,
Que puis qu’un autre hymen a dénoué ton ceste
Virginal, en veuvage envieillir tu ne dois. Continuer la lecture de « « Encor que toi, Diane, à Diane tu sois » par Étienne Jodelle »

« Haine » de Michaël Abadia

Haine

[singlepic id=110 w=320 h=240 mode=web20 float=right]Je profite de cette instant,
Pour vous exprimer ce sentiment,
La haine me déchire de l’intérieur,
Est je sens au fin fond de mon cœur cette froideur.

Elle ne demande qu’a sortir pour s’exprimer,
Mais je ne sais pas si je dois la libérer,
Elle essaye de prendre le contrôle de mon esprit,
Tout en m’exprimant ses envies.

Encore aujourd’hui elle est là,
Elle à faim tel un piranha,
Qui se sens prés à se jeter sur sa proie,
Il ne faut pas croire que j’aime ça car en réalité je resse

Elle se rapproche encore plus chaque seconde,
J’ai l’impression d’avoir en moi une vrai bombe,
Il est trop tard elle à pris le contrôle de moi,
Par pitié aider moi à retrouver la foi.

Michaël Abadia

Crédit Photo : Desir / Haine Par LZdR

« Ah la belle Hélène! » de Guy Rancourt

Ah la belle Hélène!

[singlepic id=65 w=240 h=320 mode=web20 float=right]Ah la belle Hélène !
Fille du cygne et de Léda
Diront les férus de mythologie
Ah la belle Hélène!
Sœur des jumeaux Castor et Pollux
Diront les amateurs d’astrologie
Ah la belle Hélène!
épouse de Ménélas et de Pâris
Diront les amoureux de l’histoire

Ah la belle Hélène!
Fille de Normandie
Diront les gens de la France
Ah la belle Hélène!
Fille du Roy
Diront les colons de la Nouvelle-France
Ah la belle Hélène!
Femme-enfant de Sieur Samuel de Champlain
Diront les habitants de Stadaconé Continuer la lecture de « « Ah la belle Hélène! » de Guy Rancourt »