« Le Vin des Amants » de Charles Baudelaire

Le Vin des Amants

[singlepic id=101 w=320 h=240 mode=web20 float=right]Aujourd’hui l’espace est splendide !
Sans mors, sans éperons, sans bride,
Partons à cheval sur le vin
Pour un ciel féerique et divin !

Comme deux anges que torture
Une implacable calenture,
Dans le bleu cristal du matin
Suivons le mirage lointain !

Mollement balancés sur l’aile
Du tourbillon intelligent,
Dans un délire parallèle,

Ma soeur, côte à côte nageant,
Nous fuirons sans repos ni trêves
Vers le paradis de mes rêves !

Charles Baudelaire

Les fleurs du mal

Crédit Photo :  Vin Par hey mr glen

0 réponse sur “« Le Vin des Amants » de Charles Baudelaire”

  1. À travers la vapeur splendide,
    L’aède accourt à toute bride ;
    La muse lui offre le vin
    Qui produit un songe divin,

    Plus doux que de la confiture,
    Plus sauvage qu’une aventure,
    Plus clair que le ciel du matin.
    On voit surgir, dans le lointain,

    Une grenouille aux blanches ailes
    Qui dit des trucs intelligents
    Sur les univers parallèles ;

    Puis, dans une eau vive plongeant,
    Disparaît au pays des rêves,
    Avant que la nuit ne s’achève.

Laisser un commentaire