« Fantasmes » de Claude Huot

Fantasmes

[singlepic id=85 w=240 h=320 mode=web20 float=right]
Regardant au loin les sinueuses de mon corps
Tu t’imagines te fondre dans mon décor.
Mes cheveux blonds dorés caressent mes seins
Mes seins si lourds d’un bonheur sans fin.
Volant vers ce désir qui te frôle,
T’approchant de moi, tu joues le beau rôle.
Tes mains, sur ma peau dessinent des arabesques
Donnant à mes sens la fusion, l’ivresse.
Les miennes, se voulant douces, étreignent ton Toi.
Le pressant doucement entre mes doigts
Je le porte à mes lèvres de soie
Laissant se faire
Visiblement tu t’aventures à me plaire.
Mes longs cheveux frisés caressent ton corps
Telle une plume d’oiseau d’or.
Mes yeux lavendines
De la couleur des lavandes des collines
S’enfoncent dans les tiens
Interrogeant d’un regard ton dessein.
Alors, un balai magique s’engage.
Mon corps convulsé se tord sous les nuages
S’offrant sans détours.
Mon souffle se fait court.
Voyant mon mont de Vénus si beau,
Descendant dans sa vallée tu m’offres tes Joyaux.
Sensuelle, sourire extasié
Comblant tes désirs à l’extrême
Lorsque j’exulte de volupté.
Buvant à même mon Calice
Me présentant ton Edifice
Je me fais ta complice

Claude Huot

Crédit Photo : BnF : L’Enfer de la Bibliothèque, Eros au secret Par y.caradec

Laisser un commentaire