« Clair de lune mystique » d'Éphraïm Mikhaël

Clair de lune mystique

Ce soir, an fond d’un ciel uniforme d’automne,
La lune est toute seule ainsi qu’un bâtiment
Perdu sur les déserts marins, et lentement
Vogue dans l’infini de la nuit monotone.

Ce n’est pas la clarté des monotones nuits
Brillantes d’or fluide et de brume opaline ;
Mais le ciel gris est plein de tristesse câline
Ineffablement douce aux cœurs chargés d’ennuis.

Chère, mon âme obscure est comme un ciel mystique,
Un ciel d’automne, où nul astre ne resplendit,
Et ton seul souvenir, ce soir, monte et grandit
En moi, comme une lune immense et fantastique.

Chère, nous n’avons pas été de vrais amants :
C’est par caprice et par ennui que nous nous prîmes,
Et pourtant, j’ai voulu te façonner des rimes,
Bijoux sacrés, ayant d’étranges chatoîments.

C’est qu’au fond de mon cœur mystérieux d’artiste,
Le souvenir de ton amour pâle et banal
Verse tomme le ciel en un bois automnal
Un reflet alangui de clair de lune triste.

Éphraïm Mikhaël

[singlepic id=47 w=640 h=480 mode=web20 float=center]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.