« Chambre d'amour » de Pierre Quillard

Chambre d’amour

Chambre d'amour
el espejo-sin retoque3 Par Poesía verde-

La nuit tiède est clémente à la ville qui dort ;
Des lys impérieux triomphent dans la chambre
Et cependant nos coeurs sont froids comme Décembre
Et nos baisers d’amour amers comme la mort.

Ta douce bouche s’ouvre à des chansons mièvres
Et tes seins bienveillants accueillent mon front las ;
Mais, ô ma douloureuse enfant, je ne sais pas
Pourquoi les dieux mauvais empoisonnent nos lèvres.

Qu’importe ? viens vers moi, triste soeur ; aimons-nous,
Sans craindre la saveur glorieuse des larmes,
Tels des héros blessés avec leurs propres armes
Et dont le glaive d’or a rompu les genoux.

Viens ! nous aurons l’orgueil des âmes taciturnes
En cette chambre morne et veuve de flambeaux,
Où, semblable à l’odeur des antiques tombeaux,
Un parfum sépulcral monte des lys nocturnes.

Pierre Quillard

La lyre héroïque et dolente

 

Laisser un commentaire