« Chambre d'amour » de Pierre Quillard

Chambre d’amour

Chambre d'amour
el espejo-sin retoque3 Par Poesía verde-

La nuit tiède est clémente à la ville qui dort ;
Des lys impérieux triomphent dans la chambre
Et cependant nos coeurs sont froids comme Décembre
Et nos baisers d’amour amers comme la mort.

Ta douce bouche s’ouvre à des chansons mièvres
Et tes seins bienveillants accueillent mon front las ;
Mais, ô ma douloureuse enfant, je ne sais pas
Pourquoi les dieux mauvais empoisonnent nos lèvres.

Qu’importe ? viens vers moi, triste soeur ; aimons-nous,
Sans craindre la saveur glorieuse des larmes,
Tels des héros blessés avec leurs propres armes
Et dont le glaive d’or a rompu les genoux.

Viens ! nous aurons l’orgueil des âmes taciturnes
En cette chambre morne et veuve de flambeaux,
Où, semblable à l’odeur des antiques tombeaux,
Un parfum sépulcral monte des lys nocturnes.

Pierre Quillard

La lyre héroïque et dolente

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.