« Celle qui m'a tant pourmené » de Clément Marot

« Celle qui m’a tant pourmené

Celle qui m’a tant pourmené
A eu pitié de ma langueur :
Dedans son jardin m’a mené,
Où tous arbres sont en vigueur.
Adoncques ne usa de rigueur :
Si je la baise, elle m’accole ;
Puis m’a donné son noble coeur,
Dont il m’est avis que je vole.

Quand je vis son coeur être mien,
Je mis toute crainte dehors,
Et lui dis : « Belle, ce n’est rien,
Si entre vos bras je ne dors. »
La Dame répondit alors :
« Ne faites plus cette demande :
Il est assez maître du corps,
Qui a le coeur à sa commande. »

Clément Marot
L’Adolescence clémentine

Aimer quelqu'un c'est aussi aimer le bonheur de quelqu'un.
Aimer quelqu'un c'est aussi aimer le bonheur de quelqu'un. Par Casse-Noisette
Si je la baise, elle m’accole ;
Puis m’a donné son noble coeur,
Dont il m’est avis que je vole.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.