« Vivre et aimer un misogyne » de TangerNord

Vivre et aimer un misogyne

Tu veux aller vivre loin dans ce village de Tignes ?
Me demanda mon autre voix,
Voisine,
Comme celle d’un roi !
Tu es folle amoureuse,
De cet être qui à tes yeux le plus cher dans ces recoins du Monde comme lui et ses ruses,
Et il domine tous ceux qui fouinent…

Vivre avec un misogyne,
Tu faits tout à son égard,
À fin d’en être digne,
au top à tout comprendre toute seule,
C’est et toujours ton rôle,
Accepter sans aucun défaut,
Ni contradiction,
Cars cela le rend fou !
Sois zen et fine!

Vivre avec un misogyne,
Tu continu,
Mais,
Tu n’es à ses yeux jamais reconnue,
Tout effort hélasse est en vain,
À chaque instant mauvais signe !
Il n’est jamais satisfait de tes actes peut importe,
Quoi et combien tu es belle et pas sotte,
Pour l’avoir on doit s’arracher toutes ses vaines!

Vivre avec un misogyne,
Ou auras fournit et épuisé,
Tant d’amour et bien être,
Ayant y a tout misé,
Supporté tout comportement humain et affectif,
Rien à faire on perd tout son attractif !
Et,
Pour lui,
Tu aurais travaillée telle une abeille reine,
Me répéta cette voix de mon autre vois voisine!

Vivre avec un misogyne,
Tel un moulin qui passe sa vie à verser son eau,
Sans que celle-ci ne soit accumulée,
Et apprécié par le concerné,
Et qu’il soit reconnaissant,
C’est constamment indignant !
Enduit de la sorte,
Y a signe telle pour un compte,
d’une usine…

Vivre avec un misogyne,
C’est une catastrophe que pour ta vie,
Tout fût faute de hasard,
Qui n’a pas bien fait les choses choisit,
ce ne fut que du gâchis,
par l’ange de hasard,
pour toi mal distribué ringard,
Celle-ci,
continue mon autre voix,
Ne me laissant guère du choix,
N’était point vie pour toi,
qui tienne te reposer sur une mezzanine!

Vivre avec un misogyne,
Quarrent ans après,
Tant de patience d’ange épuisé,
Tant des jours et des nuits d’espoirs périmés,
Pour qui on en est pas digne !
Vivre avec un misogyne,
qu’un jour tu finis par une nuit où tu te répète par milliers :
Cet homme qui,
j’aime à l’extrême plus que ma vie,
aurait faillit !
Ne changera plus jamais en mieux,
Il ne cesse de me mal traiter furieux,
humilier à te marcher dessus comme une gardienne,
M’attribuant des caractères,
Et comportements qui ne sont jamais miens !

Vivre avec un misogyne,
Durant 29200 jours et nuits,
ne me suis jamais enfuis !
35 184/24 heures,
14600 matin et soir,
À subir l’horreur,
Ses actes sexuels qui ne sont jamais,
Ni humains ni ariennes fait,
Ni supportables et loin d’être saine !

Vivre avec un misogyne,
Tu l’aimes lui !…
Mais !
Impérativement trop tard réveillée de l’aveuglette de 40 ans,
À en préserver :
En ce qui concerne ton potentiel
Juste avant que tu dérape en démentiel,
me dit mon autre voix voisine!

Vivre avec un misogyne,
J’arrête pour me reposer,
Et,
Regarder autour de moi et tout réviser,
Voire ce que j’aurai laissé de côté,
Pour mieux recoller ma vie dispersée,
En miettes à en crever !
Vivre ce qu’il me reste dans ce beau monde,
Que je n’aurais pas vue passer (étant sourde),
Je fus tellement belle comme de l’or En mine.
Ce qui n’était pas une vie auprès d’un misogyne.

Vivre avec un misogyne,
Tout le reste du monde,
Te dira qu’il a le droit de se défendre,
Exposant ses versions propres des choses à fondre!
En face des tiennes,
quand il vient !…
Il se nourrit d’une espèce de raisiné !

Mais que ce monde ne s’inquiète pas à son égard!
Il est toujours ringard !
Il aurait acquit toutes ces carapaces,
Avec lesquelles il se serait déguisé à tout casse,
Dans ses vies antérieures,
Un véritable diable d’extérieur,
Menant une vie si fine,
Passant par une suite divine !

Vivre avec un misogyne,
Passant inaperçu durant,
Toutes les guerres menaient depuis que ce monde existant !
Tous ses immortels,
Comme lui dans leurs combines initiales.
Il aurait consommé tous les breuvages,
en gage de ses survies sereines
en s’appropriant de toutes les vies !
tels les jus de la terre entière en vigne!

Vivre avec un misogyne,
Comment est-ce que tu ne t’es pas suicidée ?
En te coupant les veines,
me dit-t-elle mon autre voix voisine ?

Vivre avec un misogyne,
Je l’ai fais maintes fois,
Je suis morte des milliers d’occasions !
Et en revenir tout droit,
À chaque fois de façon différentes,
Je ne suis qu’une revenante!
Qui aurait Vécue avec un misogyne,
Mais,
Comme je l’aime,
Et que l’amour est plus fort que tout,
À en mourir fou !
Et que dans de la soie en soirée,
Je l’ai couvert en draps blanc au parfumé,
à la gloire devine,
Au tact en mousseline…,
Je crus qu’il m’ait aimée !

Vivre avec un misogyne,
le seigneur m’aurait fait grâce,
Me laissant longue vie devine.
la providence,
M’en a fait alliance
Pour conclure,
seule vivrai ma saine ligne,
J’irai vivre seule dans les airs pur de val clarté,
À la montagne blanche à purifier mon esprit,
à Tignes,
où ça fera drôle,
Comme un oiseau je prends mon envole
Pourquoi pas ?
Une vie en limousine!
Me répond toujours mon autre voix maligne!
Le misogyne restera bloqué dans mon passé,
Je ferai en sorte d’assied très loin !
Où je vivrai oubliant de ses odeur,
gardant ce qu’il me reste de pudeur !
Non,
sérieux,
Je mènerai une vie solitaire…
…Humble et sereine…
Peut-être me ferai-je…. beaucoup beaucoup d’amies),
Ce qu’il m’a souvent manqué

Tangernord
Mysoginie
Mysoginie 101 Par vnoel

Laisser un commentaire