« Sur la lyre tissant mes douces mélodies » de Zoé Fleurentin

Sur la lyre tissant mes douces mélodies

Sur la lyre tissant mes douces mélodies,
Tantôt j’ai fait gronder un hymne à la vertu ;
Et tantôt, soupirant, mes lèvres moins hardies
Ont tout bas murmuré :  » Printemps, que me veux-tu ?  »

Restant toujours fidèle à l’essaim de mes rêves,
Jamais je n’ai maudit l’extase de l’amour,
Ni condamné ceux qui, dans des heures trop brèves,
Prononcent des serments qu’ils oublieront un jour.

Zoé Fleurentin

[singlepic id=77 w=240 h=320 mode=web20 float=center]

Lyre Par Jeff Tabaco

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.