« Quel calme nocturne, quel calme » de Rainer Maria Rilke

Quel calme nocturne, quel calme

Quel calme nocturne, quel calme
nous pénètre du ciel.
On dirait qu’il refait dans la palme
de vos mains le dessin essentiel.

La petite cascade chante
pour cacher sa nymphe émue …
On sent la présence absente
que l’espace a bue.

Rainer Maria Rilke
« Les quatrains valaisans »

[singlepic id=47 w=320 h=240 mode=web20 float=center]

« Caligula – Ier chant » de Gérard de Nerval

Caligula – Ier chant

L’hiver s’enfuit ; le printemps embaumé
Revient suivi des Amours et de Flore ;
Aime demain qui n’a jamais aimé,
Qui fut amant, demain le soit encore !

Hiver était le seul maître des temps,
Lorsque Vénus sortit du sein de l’onde ;
Son premier souffle enfanta le printemps,
Et le printemps fit éclore le monde.

L’été brûlant a ses grasses moissons,
Le riche automne a ses treilles encloses,
L’hiver frileux son manteau de glaçons,
Mais le printemps a l’amour et les roses.

L’hiver s’enfuit, le printemps embaumé
Revient suivi des Amours et de Flore ;
Aime demain qui n’a jamais aimé,
Qui fut amant, demain le soit encore !

Gérard de Nerval
« Odelettes »

Caligula
Calígula, Musée du Louvre. Par Sebastià Giralt

« Sur la rive d'un fleuve une nymphe éplorée » de Joachim du Bellay

Sur la rive d’un fleuve une nymphe éplorée

Sur la rive d’un fleuve une nymphe éplorée,
Croisant les bras au ciel avec mille sanglots,
Accordait cette plainte au murmure des flots,
Outrageant son beau teint et sa tresse dorée :

Las, où est maintenant cette face honorée,
Où est cette grandeur et cet antique los,
Où tout l’heur et l’honneur du monde fut enclos,
Quand des hommes j’étais et des dieux adorée ?

N’était-ce pas assez que le discord mutin
M’eût fait de tout le monde un publique butin,
Si cet hydre nouveau, digne de cent Hercules,

Foisonnant en sept chefs de vices monstrueux
Ne m’engendrait encore à ces bords tortueux
Tant de cruels Nérons et tant de Caligules ?

Joachim du Bellay
« Les antiquités de Rome »

Au delà de l'Amour
Misterio Profanado

« La Cousine » de Gérard de Nerval

La Cousine

L’hiver a ses plaisirs ; et souvent, le dimanche,
Quand un peu de soleil jaunit la terre blanche,
Avec une cousine on sort se promener…
– Et ne vous faites pas attendre pour dîner,

Dit la mère. Et quand on a bien, aux Tuileries,
Vu sous les arbres noirs les toilettes fleuries,
La jeune fille a froid… et vous fait observer
Que le brouillard du soir commence à se lever.

Et l’on revient, parlant du beau jour qu’on regrette,
Qui s’est passé si vite… et de flamme discrète :
Et l’on sent en rentrant, avec grand appétit,
Du bas de l’escalier, – le dindon qui rôtit.

Gérard de Nerval
« Odelettes »

Incognito...
Incognito... Par Raïssa B.

« Stances » de Jean Bertaut

Stances

Ne vous offensez point, belle âme de mon âme,
De voir qu’en vous aymant j’ose plus qu’il ne faut :
C’est bien trop haut voller, mais estant tout de flame
Ce n’est rien de nouveau si je m’éleve en haut.

Comme l’on voit qu’au ciel le feu tend et s’élance,
Au ciel de vos beautez je tens pareillement :
Mais luy c’est par nature, et moy par cognoissance ;
Luy par nécessité, moy volontairement. Continuer la lecture de « « Stances » de Jean Bertaut »