« Nous irons tous deux… » de Vincent Muselli

Nous irons tous deux…

Nous irons tous deux, écartant l’ortie et les fougères,
Dans les jardins où pleuvent, en traits longs et fins, les pleurs
De la lumière, où sont les jets d’eau danseurs et légères,
Les hautes pelouses s’enivrant d’oiseaux et de fleurs.

Entrons, Beaux Pélerins, dans cet hermitage de gloire!
Gagnons-y notre place et faisons-nous un corps pareil
Aux choses, nous, délivrés de l’heure et de la mémoire,
Lucides dans le magnifique opium du soleil.

Nous y serons heureux comme les Anges et les Bêtes,
Sans lien, sans espoir, dont l’instant seul comble l’esprit ;
Regrets, chagrins insidieux, hôlà, vaines tempètes!
Notre coeur, par delà les désastres, navigue et rit.

Le jour, joyeux et parfumé, chante dans mille abeilles,
Les bassins, les gazons émus sont luisants de désir ;
Le bonheur pèse ainsi qu’un lourd sommeil, et les corbeilles
Scellent la terre et l’air des rouges cachets du plaisir.

La brise vole et joue et déploie une souple soie
Caressante, le ciel brille entre les feuilles, si pur!
Liberté, Liberté! l’universel midi flamboie,
Et cet apaisement tout rempli d’ailes et d’azur !

Vincent Muselli (1879-1956)
« L’Œuvre poétique »

[singlepic id=68 w=320 h=320 mode=web20 float=center]

Pas de deux à Montmartre par Jessie Romaneix ©

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.