« Elle passe des heures émues » de Rainer Maria Rilke

Elle passe des heures émues

Elle passe des heures émues
appuyée à sa fenêtre,
tout au bord de son être,
distraite et tendue.

Comme les lévriers en
se couchant leurs pattes disposent,
son instinct de rêve surprend
et règle ces belles choses

que sont ses mains bien placées.
C’est par là que le reste s’enrôle.
Ni les bras, ni les seins, ni l’épaule,
ni elle-même ne disent : assez !

Rainer Maria Rilke

Fenêtre... Par mkorchiaFenêtre...
Fenêtre… Par mkorchia

 

Laisser un commentaire