« Sixain » – Anonyme

Sixain

De trois deux en sont morts des mignons de la cour,
Pour avoir trop gousté des plaisir de l’amour,
Leur vigueur s’escoula par le vit goutte à goutte.
Passant, au lieu de pleurs que  l’on verse aux humains,
Verse sur leur tombeau du foutre à pleines mains,
Autrement je dirai : — Passant, l’aze te foute.

Anonyme

[singlepic id=40 w=320 h=240 mode=web20 float=center]

Ceci n’est pas une Érection, par Marc Dupuy

« Épitaphe » de François de Maynard

Épitaphe

Cy gist un ennemy des lois de la Nature
Un bougre des plus grands qui jamais ayst vescu
Passant, esloigne toy de cette sepulture
Ou mets un cadenat sur le trou de ton cu.

François de Maynard

[singlepic id=39 w=320 h=240 float=center]

Cimetière du Père Lachaise par mayanais