« D'une courtizanne à Venus » de Pierre de Ronsard

D’une courtizanne à Venus

Si je puis ma jeunesse folle
Hantant les bordeaus, garentir
De ne pouvoir jamais sentir
Ne poulains, chancre, ne verole :

O Venus ! de Bacus compaigne,
A toi je promets, en mes voeus,
Mon éponge, et mes faus cheveux,
Mon fard, mon miroer, et mon paigne.

Pierre de Ronsard

Venus Anadyomené by Ödön Moriet, c. 1912. Hungarian National Gallery

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.