« Rondeau » de François Villon

Rondeau

Mort, j’appelle de ta rigueur,
Qui m’as ma maîtresse ravie,
Et n’es pas encore assouvie
Si tu ne me tiens en langueur :

Onc puis n’eus force ni vigueur ;
Mais que te nuisoit-elle en vie,
Mort ?

Deux étions et n’avions qu’un cœur ;
S’il est mort, force est que dévie1,
Voire, ou que je vive sans vie
Comme les images, par cœur,
Mort !

François Villon

« Le Testament »

1 Je trépasse

Coeur lumineux
Image par skeeze de Pixabay

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.