Poème d’Yves Broussard

La Gorge encore frémissante
implorant le pardon des abeilles
en d’imperceptibles chants

elle se retourne

puis observe avec langueur
toutes des efflorescences
à l’orée de la nuit

et l’incendie
des draps.

Yves Broussard

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.