« Épitaphe du Membre viril de Frère Pierre » par Étienne Jodelle

Épitaphe du Membre viril de Frère Pierre

Epitaphe
Porno für Anfänger Par Theater der Künste

Ci est gisant sous cette pierre
L’un des membres de Frère Pierre,
Non un des bras, ni une des mains,
Ni pied, ni jambe, hélas ! humains,
Mais bien le membre le plus cher
Que sur lui on eût pu toucher.

C’est son Billard, c’est son Bourdon,
Son Chalumeau, son gros Bedon,
Sa Pièce de chair, son Bidault,
Son Pousse-bourre, son Ribault,
Son gentil Bâton Pastoral,
Sa rouge branche de Coral,
Son Guille-la, son Calemard,
Son Factoton, son Braquemard,
Son Furon furetant sans cesse,
Son petit Bâton de jeunesse,
Son Courtault, son Sceptre royal,
Son Vilbrequin, son Nerf loyal,
Son Pistolet aimé des dames,
Son Désiré entre les femmes,
Son Rameau dont il s’émouchait (1),
Son Instrument dont il pissait,
Sa Gaine, son Bâton de lit,
Sa Joie du monde, son Vit,
Son exécuteur tant propice
De l’infâme et basse Justice.

Ce non maître, dès son enfance,
Fut de si grande obeïssance
Que jamais chose on ne lui dit
Que soudainement il ne fit ;
Car dès que sa Mère Nourrice
Le frotait, disant : « Pisse ! Pisse ! »
Soudain pissait, puis (grâce à Dieu!)
Frère Pierre cru peu à peu,
Et déja montait, dès son jeune âge,
Sur les filles de son village,
Et les culait et les foulait
Si bien, qu’on vit bien qu’il falait
Hors du monde le reculer,
Pour ce qu’il eut peu trop culer,
Dont, par ses parents et amis,

Il fut en Religion mis,
Mais étant Novice au Couvent,
Il en faisait plus que devant ;
Dès lors il prenait bien l’audace
De monter sur la Putaon grasse,
Et si fort bien la culotait,
Que la garce s’en contentait,
Car il était déja de la taille
Pour à tous heurts livrer bataille ;

Puis, quand il fut Moine parfait,
C’était un plaisir de son fait,
Car il faisait plus en un mois
Que cinq autres Moines en trois.
Croyez qu’il était point de ceux,
Qui sont oisifs et paresseux,
Car il n’eut jamais, en un jour,
Plus de deux heures de séjour ;
Aussi n’était-il de la sorte
De ces autres vits que l’on porte ;
Aussi roide était que son bras,
Bien spermatizant, gros et gras,
De longueur de pied et demi ;
Jamais il n’était endormi,
Et fumait, par son rouge bout,
Comme un pot qui près du feu bout.

Femme n’y avait si maligne
Qu’il ne rendit saine et gaillarde ;
Il n’y avait Religieuse
Qui ne se sentit bien heureuse
D’avoir du Moine connaissance,
Pour avec lui prendre alliance,
Sachant le bien et le bonheur
Que donnait ce membre d’honneur ;
Sentant le passe-temps joyeux
Que donnait ce Religieux,

Con n’y avait grand ni petit
Qui ne prit lors grand appetit,
Et n’eut su être tant profond
Qu’il n’alla toujours jusqu’au fond,
Pour chercher en l’obscure sale
La vraie Pierre Philosophale.

C’était un vrai vit de ménage ;
C’était un vit à l’avantage ;
C’était un vit bien digne d’être
A un si vénérable Maître.
Somme, c’était le plus beau vit
Que jamais femme au monde vit.

Or, entendez quel et comment
Fut le piteux département
De frère Pierre et de son membre :
Le XXè jour de décembre,
L’an 1552,
Ce bon Père Religieux,
S’en allant par les champs prêcher,
Voulut s’ébattre à pécher
En un ord (2) et sale marais,
Et, faute de Ligne ou de Rets,
Y mit son membre, où s’attacha
Un vilain chancre (3) qu’il pêcha,
Qui ce membre rongea si fort
Que tôt après le rendit mort,
Et fut coupé pour mettre en terre.

« Mais hélas ! disait frère Pierre,
Faut-il que pour ma seule coupe
Et pour bien servir l’on te coupe ?
Faut-il qu’avant moi mort je voie (voye)r
Celui dont tout mon bien j’avoue (j’avoye) ?
Faut-il qu’il meurt ainsi marthyr ?
Faut-il aussi nous départir,
O Mort cruelle et sans merci ?
Eh ! que ne m’as-tu pris aussi ? »

Voilà la complainte au plus près
De frère Pierre. Or sus ! après,
Nobles dames et damoiselles,
Pucelles, Jeunes, Laides, Belles,
Pleurez-vous point donc au tombeau
Où repose ce membre beau ?
Pleurez-vous point de voir ici mis
Le plus grand de tous vos amis ?

Je crois qu’oui, mais telle perte
Ne sera jamais recouverte
Par cris, ni pleurs, dont suis d’avis
Que priez Dieu que tous les vits,
Qu’en ce monde pourrez tenir,
Puissent semblables devenir,
Ou bien qu’il advienne, sans plus,
Qu’à celui-ci ne pensez plus.

Étienne Jodelle

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.