Poème de Jean Orizet

Sourire
Sourire

Hier, ton rire sonnait clair
je le buvais comme un vin jeune.
Maintenant, davantage livrée,
tu souris presque gravement
de tes yeux à demi fermés

et c’est au fond de ma poitrine
qu’une explosion les rouvre.

La beauté calme de ton visage
me foudroie.

Jean Orizet

Laisser un commentaire