« L'Amour » de Paul Éluard et d'André Breton

L’Amour

Extrait

[singlepic id=69 w=320 h=240 mode=web20 float=right]

Lorsque la femme est sur le dos et que l’homme est couché sur elle, c’est la cédille.

Lorsque l’homme est sur le dos et que sa maîtresse est couchée sur lui, c’est le c.

Lorsque l’homme et sa maîtresse sont couchés sur le flanc et s’observent, c’est le pare-brise.

Lorsque l’homme et la femme sont couchés sur le flanc, seul le dos de la femme se laissant observer, c’est la Mare-au-Diable.

Lorsque l’homme et sa maîtresse sont couchés sur le flanc, s’observant, et qu’elle enlace de ses jambes les jambes de l’homme, la fenêtre grande ouverte, c’est l’oasis.

Lorsque l’homme et la femme sont couchés sur le dos et qu’une jambe de la femme est en travers du ventre de l’homme, c’est le miroir brisé.

Lorsque l’homme est couché sur sa maîtresse qui l’enlace de ses jambes, c’est la vigne-vierge.

Lorsque l’homme et la femme sont sur le dos, la femme sur l’homme et tête-bêche, les jambes de la femme glissées sous les bras de l’homme, c’est le sifflet du train.

Lorsque la femme est assise, les jambes étendues sur l’homme couché lui faisant face, et qu’elle prend appui sur les mains, c’est la lecture.

Lorsque la femme est assise, les genoux pliés, sur l’homme couché, lui faisant face, le buste renversé ou non, c’est l’éventail.

Continuer la lecture de « « L'Amour » de Paul Éluard et d'André Breton »

« Mon Dieu ! le beau téton… » – Pierre de Cornu

Mon Dieu ! le beau téton…

[singlepic id=118 w=320 h=240 mode=web20 float=right]Mon Dieu, le beau téton, mon tout, ma doucelette,
Que je voy aparoir par dessous ton collet !
Il soupire toujours, las! qu’il est rondelet,
Et garni par dessus d’une peau blanchelette!
Laisse le moi toucher, ma petite garcette,
Laisse moy lui donner un baiser doucelet.
Hé, bon Dieu! quel plaisir! il est si joliet
Que je ne vis jamais charnure si parfaite.
Or, sus, baille le moy, je le veux mignotter,
Je le veux manier, je le veux façotter,
Pour en sucer le bout de ma langue ravie.
Va-t-en, retire le ! Je suis tout appasté
je suis tout esblouy pour l’avoir façotté
Que de trop de bonheur, je sens couler ma vie.

Pierre de Cornu

Crédit Photo : désir camouflé Par Crikette Guilimaux

« Les Cheveux » de Rémy de Gourmont

Les Cheveux

Simone, il y a un grand mystère
Dans la forêt de tes cheveux.

Tu sens le foin, tu sens la pierre
Où des bêtes se sont posées ;
Tu sens le cuir, tu sens le blé,
Quand il vient d’être vanné ;
Tu sens le bois, tu sens le pain
Qu’on apporte le matin ;
Tu sens les fleurs qui ont poussé
Le long d’un mur abandonné ;
Tu sens la ronce, tu sens le lierre
Qui a été lavé par la pluie ;
Tu sens le jonc et la fougère
Qu’on fauche à la tombée de la nuit ;
Tu sens la ronce, tu sens la mousse,
Tu sens l’herbe mourante et rousse
Qui s’égrène à l’ombre des haies ;
Continuer la lecture de « « Les Cheveux » de Rémy de Gourmont »

« Le Baiser » de Pascal Quignard

Le baiser est la seule façon concrète
de toucher matériellement ce qui fait
la voix de l’autre. À l’aide de la langue
on touche ce qui donne le nom.

Celui qui aime lèche un nom propre.
Le baiser humain.

Pascal Quignard

« Petits traités I »

Baiser
le baiser de la gloire en détail Par coincoyote

« À la découverte de la femme » par Alfred Jarry

À la découverte de la femme

Une forme nue et qui tend les bras,
Qui désire et qui dit : Est-ce possible ?
Yeux illuminés de joie indicible,
— Qui peut, diamants, nombrer vos carats !

Bras si las quand les étreintes les rompent.
Chair d’un autre corps pliée à mon gré,
Et grands yeux si francs, surtout quand ils trompent,
— Salez moins vos pleurs, car je les boirai.

Au frisson debout elle est, endormie,
Un cher oreiller en qui bat un cœur ;
Mais rien n’est plus doux que sa bouche amie,
Que sa bouche amie, et c’est le meilleur.

Nos bouches, formez une seule alcôve,
Comme on unit deux cages par leurs bouts
Pour célébrer un mariage fauve
Où nos langues sont l’épouse et l’époux.

Tel Adam qu’animé une double haleine
A son réveil trouve Ève à son côté,
Mes sommeils enfuis, je découvre Hélène,
Vieux mais éternel nom de la beauté.
Au fond des temps par un cor chevroté :

Continuer la lecture de « « À la découverte de la femme » par Alfred Jarry »

« Madrigal » Alfred Jarry

Madrigal

Madrigal
Des Madrigal Par infiniteshutter

Ma fille – ma, car vous êtes à tous,
Donc aucun d’eux ne fut valable maître,
Dormez enfin, et fermons la fenêtre :
La vie est close, et nous sommes chez nous.

C’est un peu haut, le monde s’y termine
Et l’absolu ne se peut plus nier ;
Il est si grand de venir le dernier
Puisque ce jour a lassé Messaline,

Vous voici seule et d’oreilles et d’yeux,
Tomber souvent désapprend de descendre.
Le bruit terrestre est loin, comme la cendre
Gît inconnue à l’encens bleu des dieux.

Continuer la lecture de « « Madrigal » Alfred Jarry »

« Et qu'importent et les pourquoi et les raisons » par Émile Verhaeren

Et qu’importent et les pourquoi et les raisons

Penelope Cruz
PENELOPE CRUZ Par Sharon Graphics

Et qu’importent et les pourquoi et les raisons
Et qui nous fûmes et qui nous sommes :
Tout doute est mort, en ce jardin de floraisons
Qui s’ouvre en nous et hors de nous, si loin des hommes.

Je ne raisonne pas, et ne veux pas savoir
Et rien ne troublera ce qui n’est que mystère
Et qu’élans doux et que ferveur involontaire
Et que tranquille essor vers nos parvis d’espoir.

Continuer la lecture de « « Et qu'importent et les pourquoi et les raisons » par Émile Verhaeren »