Sensation – Arthur Rimbaud

Sensation

Par les soirs bleus d’été, j’irai dans les sentiers,
Picoté par les blés, fouler l’herbe menue :
Rêveur, j’en sentirai la fraîcheur à mes pieds.
Je laisserai le vent baigner ma tête nue.

Je ne parlerai pas, je ne penserai rien,
Mais l’amour infini me montera dans l’âme ;
Et j’irai loin, bien loin, comme un bohémien,
Par la Nature, heureux– comme avec une femme.

Arthur Rimbaud

Mars 1870.

Je te l'ai dit Sylvie
Sensation, par artofdreaming sur Flickr

0 réponse sur “Sensation – Arthur Rimbaud”

  1. « Son meilleur poème »!?….hé ben, j’imagine le reste…pauvres Artaud, Jabès, Ponge et Bonnefoy.
    Enfin…rien de nouveau sous le soleil: y a ceux qui se vendent bien et ceux qui quémandent une petite place de prof de banlieue, ou meurent de misère après avoir trafiquouillé en armes…

  2. mon cher Marc, il y a erreur de ma part, sans doute: je faisais allusion au poème d’Orizet, cet espèce de « poète de cour » récolteur de suffrages et adoré par les caissières de supermarchés (sauf leur respect), non pas à Rimbaud. Il ne manquerait plus que ça! C’est d’Orizet que je parlais, et de cette espèce de quatrain pour débiles mentaux que j’ai trouvé sur son site. Je suis parfaitement d’accord avec toi en ce qui concerne Rimbaud…à ceci près que, de ce dernier, je préfère les Illuminations.
    Cordialement. JM

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.