« Plaisir d'amour » – Jean-Pierre Claris de Florian

Plaisir d’amour

Plaisir d’amour ne dure qu’un moment,
Chagrin d’amour dure toute la vie.

J’ai tout quitté pour l’ingrate Sylvie,
Elle me quitte et prend un autre amant.
Plaisir d’amour ne dure qu’un moment,
Chagrin d’amour dure toute la vie.

Tant que cette eau coulera doucement
Vers ce ruisseau qui borde la prairie,
Je t’aimerai, me répétait Sylvie ;
L’eau coule encor, elle a changé pourtant !

Plaisir d’amour ne dure qu’un moment,
Chagrin d’amour dure toute la vie.

Jean-Pierre Claris de Florian

« 69 » – Guy de Maupassant

Soixante-Neuf

69


Salut, grosse Putain, dont les larges gargouilles
Ont fait éjaculer trois générations,
Et dont la vieille main tripota plus de couilles
Qu’il n’est d’étoiles d’or aux constellations !
J’aime tes gros tétons, ton gros cul, ton gros ventre,
Ton nombril au milieu, noir et creux comme un antre
Où s’emmagasina la poussière des temps,
Ta peau moite et gonflée, et qu’on dirait une outre,
Que des troupeaux de vits injectèrent de foutre
Dont la viscosité suinte à travers tes flancs !

Continuer la lecture de « « 69 » – Guy de Maupassant »

« Maîtresse, embrasse-moi, baise-moi, serre-moi » – Pierre de Ronsard

Maîtresse, embrasse-moi, baise-moi, serre-moi

Maîtresse, embrasse-moi, baise-moi, serre-moi,
Haleine contre haleine, échauffe-moi la vie,
Mille et mille baisers donne-moi je te prie,
Amour veut tout sans nombre, amour n’a point de loi.

Baise et rebaise-moi ; belle bouche pourquoi
Te gardes-tu là-bas, quand tu seras blêmie,
A baiser (de Pluton ou la femme ou l’amie),
N’ayant plus ni couleur, ni rien semblable à toi ?

Continuer la lecture de « « Maîtresse, embrasse-moi, baise-moi, serre-moi » – Pierre de Ronsard »

Extrait de « Tartuffe » par Molière

Tartuffe

Tartuffe
Tartuffe Par marshillonline

L’amour qui nous attache aux beautés éternelles
N’étouffe pas en nous l’amour des temporelles ;
Nos sens facilement peuvent être charmés
Des ouvrages parfaits que le Ciel a formés.
Ses attraits réfléchis brillent dans vos pareilles ;
Mais il étale en vous ses plus rares merveilles :
Il a sur votre face épanché des beautés
Dont les yeux sont surpris, et les cœurs transportés,
Et je n’ai pu vous voir, parfaite créature,
Sans admirer en vous l’auteur de la nature,
Et d’une ardente amour sentir mon cœur atteint,
Au plus beau des portraits où lui-même il s’est peint.
Continuer la lecture de « Extrait de « Tartuffe » par Molière »

« Mon rêve familier » – Paul Verlaine

Mon Rêve familier

_DSC4748 (2) Par db2r

Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant
D’une femme inconnue, et que j’aime, et qui m’aime,
Et qui n’est, chaque fois, ni tout à fait la même
Ni tout à fait une autre, et m’aime et me comprend.

Car elle me comprend, et mon cœur transparent
Pour elle seule, hélas ! cesse d’être un problème
Pour elle seule, et les moiteurs de mon front blême,
Elle seule les sait rafraîchir, en pleurant. Continuer la lecture de « « Mon rêve familier » – Paul Verlaine »

« Encore un instant de bonheur » par Henry de Montherlant

Encore un instant de bonheur

Instant de Bonheur
En un instant. (de bonheur) Par Bourguiboeuf

Le fiacre revenait à l’heure coutumière.
Décembre. Il faisait nuit. Il pleuvait. Quelquefois,
Comme il n’y avait plus à craindre la Barrière,
Elle ôtait la buée, une peu, avec ses doigts.

Cela montrait du noir, les fourrés noirs du Bois,
La fuite pâle, d’or et d’eau, d’un réverbère…
Puis elle, sans parler, retombait en arrière.
« À quoi peux-tu penser ? » disait-il à mi-voix. Continuer la lecture de « « Encore un instant de bonheur » par Henry de Montherlant »

« Puisque j'ai mis ma lèvre à ta coupe encor pleine » – Victor Hugo

Puisque j’ai mis ma lèvre à ta coupe encor pleine

Poème La Bouche, de Marie Nizet
Lips, par Lips

Puisque j’ai mis ma lèvre à ta coupe encor pleine ;
Puisque j’ai dans tes mains posé mon front pâli ;
Puisque j’ai respiré parfois la douce haleine
De ton âme, parfum dans l’ombre enseveli ;

Puisqu’il me fut donné de t’entendre me dire
Les mots où se répand le cœur mystérieux ;
Puisque j’ai vu pleurer, puisque j’ai vu sourire
Ta bouche sur ma bouche et tes yeux sur mes yeux ;

Continuer la lecture de « « Puisque j'ai mis ma lèvre à ta coupe encor pleine » – Victor Hugo »

Extrait de « Phèdre » de Jean Racine

Mon mal vient de loin

Mon mal vient de plus loin. À peine au fils d’Égée
Sous les lois de l’hymen je m’étais engagée,
Mon repos, mon bonheur semblait être affermi,
Athènes me montra mon superbe ennemi.
Je le vis, je rougis, je pâlis à sa vue ;
Un trouble s’éleva dans mon âme éperdue ;
Mes yeux ne voyaient plus, je ne pouvais parler ;
Je sentis tout mon corps, et transir et brûler.
Je reconnus Vénus et ses feux redoutables,
D’un sang qu’elle poursuit tourments inévitables.
Par des vœux assidus je crus les détourner :
Je lui bâtis un temple, et pris soin de l’orner ;
De victimes moi-même à toute heure entourée,
Je cherchais dans leurs flancs ma raison égarée.
Continuer la lecture de « Extrait de « Phèdre » de Jean Racine »