« Comme la licorne » – Thibault de Champagne

Je suis comme la licorne

[singlepic id=128 w=320 h=240 mode=web20 float=right]Je suis comme la licorne
En extase devant la jeune fille
Dont elle ne détache pas ses regards.
Elle éprouve un si doux malaise
Qu’elle tombe sans connaissance en son giron.
Alors on la met à mort par traîtrise.
De même Amour et ma dame
M’ont blessé à mort, en vérité :
Ils ont mon cœur et je ne puis le reprendre.

Dame, quand je fus devant vous
Et que je vous vis pour la première fois,
Mon cœur tressaillit tant
Qu’il vous resta à mon départ.
Je fus alors emmené sans demande de rançon,
Captif dans la douce prison
Dont les piliers sont faits de désir,
Les portes de beaux regards
Et les anneaux de bon espoir.

Amour a la clé de la prison
Et il y a placé trois portiers.
Le premier s’appelle Beau Semblant
Et Amour a fait de Beauté leur maîtresse.
Il a mis Danger devant la porte,
Un vilain, affreux, traître, dégoûtant,
Un gueux, un scélérat.
Ces trois-là sont rusés et hardis,
Ils se saisissent vite d’un homme.

Qui pourrait supporter les mauvais traitements
Et les assauts de ces portiers ?
Jamais Roland ni Olivier
Ne soutinrent si grandes batailles ;
Ils vainquirent en combattant,
Mais c’est en s’humiliant qu’on triomphe de ceux-là.
Patience est le porte-bannière ;
En ce combat dont je vous parle,
Il n’y a d’autre salut qu’en la pitié.

Dame, je ne redoute rien de plus
Que d’être privé de votre amour.
J’ai tant appris à supporter
Que je suis à vous par habitude ;
Et dussiez-vous en être fâchée,
Je ne pourrais y renoncer en rien,
Sans en garder le souvenir,
Sans que mon cœur soit toujours
En prison, auprès de moi.

Dame, puisque je ne sais pas tromper,
Il serait temps d’avoir pitié de moi,
Accablé sous un si pesant fardeau.

Thibaud de Champagne
« Chansons »

Laisser un commentaire