« Dimanches (VI) » par Jules Laforgue

Dimanches (VI)

J’aurai passé ma vie à faillir m’embarquer 
Dans de bien funestes histoires, 
Pour l’amour de mon cœur de Gloire !…. 
– Oh ! qu’ils sont chers les trains manqués 
Où j’ai passé ma vie à faillir m’embarquer !….

Mon cœur est vieux d’un tas de lettres déchirées, 
Ô Répertoire en un cercueil 
Dont la Poste porte le deuil !….
– Oh ! ces veilles d’échauffourées 
Où mon cœur s’entraînait par lettres déchirées !…. Continuer la lecture de « « Dimanches (VI) » par Jules Laforgue »

« Je me tais et je pleure » de Sophie d'Arbouville

Je me tais et je pleure

À Madame *** qui demandait des vers pour son album.

Les vers n’arrivent pas au gré de mon désir,
L’heure du feu sacré ne saurait se choisir.
Dites-vous au bouton qu’il devienne une rose,
À l’oiseau dans son nid que sa couvée éclose ?
Pourquoi me dire à moi : « Prends ton luth pour chanter ? »
Les feuilles loin du vent ne sauraient s’agiter ;
Et comme elles j’attends, immobile et timide,
Qu’une brise du ciel, dans sa course rapide,
Vienne douce et suave, inclinant les buissons,
Comme aux feuilles des bois m’arracher quelques sons. Continuer la lecture de « « Je me tais et je pleure » de Sophie d'Arbouville »

« Amour immaculé » par Émile Nelligan

Amour immaculé

Portrait au soleil couchant
Sunset Portrait (Reese at age 14) Par Pink Sherbet Photography

Je sais en une église un vitrail merveilleux
Où quelque artiste illustre, inspiré des archanges,
A peint d’une façon mystique, en robe à franges,
Le front nimbé d’un astre, une Sainte aux yeux bleus.

Le soir, l’esprit hanté de rêves nébuleux
Et du céleste écho de récitals étranges,
Je m’en viens la prier sous les lueurs oranges
De la lune qui luit entre ses blonds cheveux. Continuer la lecture de « « Amour immaculé » par Émile Nelligan »

« Le Mal » par Émilie Delorme

Le mal

[singlepic id=140 w=320 h=240 mode=web20 float=right]J’ai mal à mon cœur,
Car il n’y a plus de bonheur,
Et que ton amitié
S’est envolée.

Comme un bel oiseau,
Qui ne chante pas faux,
Il s’envole vers le ciel,
Où le soleil est miel.

Je tiens à toi,
Comme tu tiens à moi,
Sous mon petit toit,
Tu m’apportes la joie

Émilie Delorme

« En l'église Saint Nicolas » de Guillaume Prevel

« En l’église Saint Nicolas

Femme Priant
Priant que la photo soit bonne Par Luc Deveault

Chaque jour, elle est assise en pénitente,
Joignant ses doigts blancs et fins religieusement.
Et les saintes statues la veillent silencieusement
Comme elles le firent jadis quand elle était communiante.

Sa fraîche beauté cachée sous le léger voile de dentelle,
Elle prie dans la lumière pâle comme lorsqu’elle était enfant
Pour échapper au fouet mauvais des tourments,
Et pour compter parmi les élues des aubes éternelles.

Si belle, si innocente à l’aube de ses vingts ans
Elle prie avec ferveur en serrant son missel triomphalement,
Se refusant à la vie terrestre et au bonheur

Fuyant l’insouciance et l’innocence des jeux d’enfants,
Oubliant sa vie de femme et sa jeunesse au firmament,
Se préparant étrangement au jour de la dernière heure.

Guillaume Prevel