« L’Amour de la Patrie » de Paul Verlaine

« L’Amour de la Patrie » de Paul Verlaine

L’amour de la Patrie

L’amour de la Patrie est le premier amour 
Et le dernier amour après l’amour de Dieu. 
C’est un feu qui s’allume alors que luit le jour 
Où notre regard luit comme un céleste feu ;

C’est le jour baptismal aux paupières divines 
De l’enfant, la rumeur de l’aurore aux oreilles 
Frais écloses, c’est l’air emplissant les poitrines 
En fleur, l’air printanier rempli d’odeurs vermeilles. (suite…)

« Chanson pour elles » de Paul Verlaine

« Chanson pour elles » de Paul Verlaine

Chanson pour elles

Ils me disent que tu es blonde 
Et que toute blonde est perfide, 
Même ils ajoutent  » comme l’onde « .
Je me ris de leur discours vide !
Tes yeux sont les plus beaux du monde 
Et de ton sein je suis avide. (suite…)

« Sonnet du trou du cul » par Albert Mérat, Paul Verlaine et Arthur Rimbaud

« Sonnet du trou du cul » par Albert Mérat, Paul Verlaine et Arthur Rimbaud

L’Idole

Sonnet du trou du cul

Obscur et froncé comme un œillet violet
Il respire, humblement tapi parmi la mousse
Humide encor d’amour qui suit la fuite douce
Des Fesses blanches jusqu’au cœur de son ourlet. (suite…)

« En robe grise et verte avec des ruches » de Paul Verlaine

« En robe grise et verte avec des ruches » de Paul Verlaine

En robe grise et verte avec des ruches

En robe grise et verte avec des ruches,
Un jour de juin que j’étais soucieux,
Elle apparut souriante à mes yeux
Qui l’admiraient sans redouter d’embûches ; (suite…)

« Sappho » de Paul Verlaine

« Sappho » de Paul Verlaine

Sappho

Préliminaires

Préliminaires Par patdebaz

Furieuse, les yeux caves et les seins roides,
Sappho, que la langueur de son désir irrite,
Comme une louve court le long des grèves froides,

Elle songe à Phaon, oublieuse du Rite,
Et, voyant à ce point ses larmes dédaignées,
Arrache ses cheveux immenses par poignées ; (suite…)

%d blogueurs aiment cette page :