« Amants du Printemps » de Nadir, auteur amateur

« Amants du Printemps » de Nadir, auteur amateur

Amants du Printemps

Révélation éclair perçant le firmament
D’âmes sœurs captives des rigueurs hivernales
Comme un joli miracle enflammant ardemment
Leur amour refroidi de torpeurs hibernales (suite…)

« Tendre Mie » par Karine Rodange

« Tendre Mie » par Karine Rodange

Tendre Mie

Corazon

MAGIA DE CORAZONES ♥ ♥ ▷ Par PROYECTO AGUA** /** WATER PROJECT

Le cœur au chaud
Face aux sans peau,
Sans os,
Des ânes battés aux crapauds,
Pauvres animaux…

Le cœur rouge passion
Qui traverse les saisons
Sans blouson,
Sans raison,
Sans rond…

Le cœur à l’abri
Des incompétences enfouies,
Des incessants bruits,
Des pluies, de la jalousie
D’autrui…

Le cœur inlassablement battant
Les barrières renversant,
Sans grand tourment,
Avançant, bouleversant
Les rangs…

Fleurissant…
Bon vent!

Karine Rodange

Vu sur Memo Mes Mots.

Poème érotique de Paul Valéry

Poème érotique de Paul Valéry

Jeanne, ton corps me suit…

Jeanne

_藍天。 Par eliot.

Jeanne, ton corps me suit. O mains pleines de Jeanne
O pensée où revient ton silence et ta voix
Et ce mélange d’ombre à l’été qui se fane
Que nous venons de boire au fond mourant des bois…

À peine je te quitte, une Jeanne songée
Appuie un être tendre à la table où j’écris ;
Où mon cœur tout à coup se la forme allongée
Et mon labeur se trouble au sein de mes esprits.

Nos soucis, nos ennuis, nos devoirs, nos ouvrages
Ne sont devant l’amour que du bonheur perdu
Ô baisers précieux, ô les caresses sages
Ô JEANNE, enchantement du travail suspendu.

Paul Valéry

« Les Passantes » par Antoine Pol

« Les Passantes » par Antoine Pol

Les Passantes

"On pleure les lèvres absentes de toutes ces belles passantes que l'on n'a pas su retenir."

« On pleure les lèvres absentes de toutes ces belles passantes que l’on n’a pas su retenir. » Par laurent.breillat

Je veux dédier ce poème
A toutes les femmes qu’on aime
Pendant quelques instants secrets
A celles qu’on connaît à peine
Qu’un destin différent entraîne
Et qu’on ne retrouve jamais
A celle qu’on voit apparaître
Une seconde à sa fenêtre
Et qui, preste, s’évanouit
Mais dont la svelte silhouette
Est si gracieuse et fluette
Qu’on en demeure épanoui (suite…)

« Mon Mari » de Maya, poète amateur

« Mon Mari » de Maya, poète amateur

Mon Mari

Encore aujourd’hui après toutes ces années,
Mon amour grandit sans cesse à tes côtés.
Laisse encore mon coeur te parler d’amour,
Laisse moi te dire je t’aime pour toujours.

Quand je te regarde dans les yeux,
Je vois en toi un cœur heureux.
Si doux et si bon est ton cœur
Vivre avec toi c’est vivre le bonheur. (suite…)

%d blogueurs aiment cette page :