« Présent Indicatif » par Dentelle, poète amateur

Courbe droite

Présent Indicatif

Poème érotique

Les messages avaient fusé tout au long de la journée.
Elle n’aurait su dire pourquoi mais elle avait eu un déclic.
Peut-être qu’il avait su la toucher là où cela faisait encore mal.
Peut-être que c’était vrai qu’il la trouvait belle et que les compliments qu’il lui dédicaçait régulièrement étaient sincères.
Continuer la lecture de « « Présent Indicatif » par Dentelle, poète amateur »

Poème érotique « Dors à mes pieds ! » par Mélanie Waldor

Boudoir

« Dors à mes pieds ! »

Dors à mes pieds !… Rêve d’amour 
Mon souffle, comme une caresse, 
Glissera sur le pur contour 
De ce beau front qu’avec paresse 
Tu reposes sur mes genoux. 
Dors à mes pieds, tout fait silence, 
Hors la branche qui se balance, 
Souple et frêle, au-dessus de nous ;
Dors à mes pieds, tout fait silence.
Continuer la lecture de « Poème érotique « Dors à mes pieds ! » par Mélanie Waldor »

« Fin d’année » par Émile Verhaeren

Tristesse de la forêt

Fin d’année

Sous des cieux faits de filasse et de suie,
D’où choit morne et longue la pluie,
Voici pourrir
Au vent tenace et monotone,
Les ors d’automne ;
Voici les ors et les pourpres mourir.

O vous qui frémissiez, doucement volontaires,
Là-haut, contre le ciel, tout au long du chemin,
Tristes feuilles comme des mains,
Vous gisez, noires, sur la terre. Continuer la lecture de « « Fin d’année » par Émile Verhaeren »

« Automne » par Albert Samain

Automne

Le vent tourbillonnant, qui rabat les volets,
Là-bas tord la forêt comme une chevelure.
Des troncs entrechoqués monte un puissant murmure
Pareil au bruit des mers, rouleuses de galets.

L’Automne qui descend les collines voilées
Fait, sous ses pas profonds, tressaillir notre coeur ;
Et voici que s’afflige avec plus de ferveur
Le tendre désespoir des roses envolées.

Le vol des guêpes d’or qui vibrait sans repos
S’est tu ; le pêne grince à la grille rouillée ;
La tonnelle grelotte et la terre est mouillée,
Et le linge blanc claque, éperdu, dans l’enclos.

Le jardin nu sourit comme une face aimée
Qui vous dit longuement adieu, quand la mort vient ;
Seul, le son d’une enclume ou l’aboiement d’un chien
Monte, mélancolique, à la vitre fermée.

Continuer la lecture de « « Automne » par Albert Samain »