« Le trésor de ton corps » par un poète amateur

Le trésor de ton corps

J’ai parcouru ton corps,
A la recherche d’un trésor.
Serais-je aveugle ou ébloui,
Par tes formes si jolies,
Pour ne pas voir que ce diamant,
C’est ton corps, tout simplement.
Ta silhouette, tes formes pures,
Sont le chemin de ma luxure,
Et je succombe à ce pêché,
Quand je te vois déshabillée. Continuer la lecture de « « Le trésor de ton corps » par un poète amateur »

« Adieux de l'hôtesse arabe » de Victor Hugo

Adieux de l’hôtesse arabe

Femme Arabe
Chocolate, café y canela par Javier Carrera

Puisque rien ne t’arrête en cet heureux pays,
Ni l’ombre du palmier, ni le jaune maïs,
Ni le repos, ni l’abondance,
Ni de voir à ta voix battre le jeune sein
De nos sœurs, dont, les soirs, le tournoyant essaim
Couronne un coteau de sa danse,

Adieu, voyageur blanc ! J’ai sellé de ma main,
De peur qu’il ne te jette aux pierres du chemin,
Ton cheval à l’oeil intrépide ;
Ses pieds fouillent le sol, sa croupe est belle à voir,
Ferme, ronde et luisante ainsi qu’un rocher noir
Que polit une onde rapide. Continuer la lecture de « « Adieux de l'hôtesse arabe » de Victor Hugo »

« Crépuscule » de Victor Hugo

Crépuscule

L’étang mystérieux, suaire aux blanches moires,
Frisonne; au fond du bois la clairière apparaît ;
Les arbres sont profonds et les branches sont noires ;
Avez-vous vu Vénus à travers la forêt ?

Avez-vous vu Vénus au sommet des collines ?
Vous qui passez dans l’ombre, êtes-vous des amants ?
Les sentiers bruns sont pleins de blanches mousselines ;
L’herbe s’éveille et parle aux sépulcres dormants. Continuer la lecture de « « Crépuscule » de Victor Hugo »

« Fata Morgana » par André Breton

Ce matin la fille de la montagne tient sur ses genoux

un accordéon de chauves-souris blanches

Un jour un nouveau jour cela me fait penser à un

objet que je garde

Alignés en transparence dans un cadre des tubes en

verre de toutes les couleurs de philtres de liqueurs

Qu’avant de me séduire il ait dû répondre peu importe

à quelque nécessité de représentation commerciale

Pour moi nulle œuvre d’art ne vaut ce petit carré fait

de l’herbe diaprée à perte de vue de la vie

Un jour un nouvel amour et je plains ceux pour qui

l’amour perd à ne pas changer de visage

Comme si de l’étang sans lumière la carpe qui me tend

à l’éveil une boucle de tes cheveux

N’avait plus de cent ans et ne me taisait tout ce que

je dois pour rester moi-même ignorer

Un nouveau jour est-ce bien près de toi que j’ai dormi

J’ai donc dormi j’ai donc passé les gants de mousse

Dans l’angle je commence à voir briller la mauvaise

commode qui s’appelle hier

Il y a de ces meubles embarrassants dont le véritable office est de cacher des issues Continuer la lecture de « « Fata Morgana » par André Breton »