« Et te donner ne suffit plus, tu te prodigues » par Émile Verhaeren

Et te donner ne suffit plus, tu te prodigues

Photo de Jane
Jane par Diogo Melo

Et te donner ne suffit plus, tu te prodigues :
L’élan qui t’emporte à nous aimer plus fort, toujours,
Bondit et rebondit, sans cesse et sans fatigue,
Toujours plus haut vers le grand ciel du plein amour. Continuer la lecture de « « Et te donner ne suffit plus, tu te prodigues » par Émile Verhaeren »

« Du triste coeur vouldrois la flamme estaindre » de Mellin de Saint-Gelais

Du triste coeur vouldrois la flamme estaindre

Clémentine
Clémentine par DavidFritz

Du triste coeur vouldrois la flamme estaindre,
De l’estomac les flesches arracher,
Et de mon col le lien destacher,
Qui tant m’ont peu brusler, poindre et estraindre ; Continuer la lecture de « « Du triste coeur vouldrois la flamme estaindre » de Mellin de Saint-Gelais »

« L'Absence » de Nicolas-Germain Léonard

L’Absence

L'absence
L’absence. par Anaïs Nannini

Des hameaux éloignés retiennent ma compagne.
Hélas ! Dans ces forêts qui peut se plaire encor ?
Flore même à présent déserte la campagne
Et loin de nos bergers l’amour a pris l’essor.

Doris vers ce coteau précipitait sa fuite,
Lorsque de ses attraits je me suis séparé :
Doux zéphyr ! si tu sors du séjour qu’elle habite,
Viens ! que je sente au moins l’air qu’elle a respiré.

Quel arbre, en ce moment, lui prête son ombrage ?
Quel gazon s’embellit sous ses pieds caressants ?
Quelle onde fortunée a reçu son image ?
Quel bois mélodieux répète ses accents ? Continuer la lecture de « « L'Absence » de Nicolas-Germain Léonard »

« Les Regrets » de Nicolas-Germain Léonard

Les Regrets

Regrets
Egret’s Regrets par Dawn Ellner

Pourquoi ne me rendez-vous pas
Les doux instants de ma jeunesse ?
Dieux puissants ! ramenez la course enchanteresse
De ce temps qui s’enfuit dans la nuit du trépas !
Mais quelle ambition frivole !
Ah ! dieux ! si mes désirs pouvaient être entendus,
Rendez-moi donc aussi le plaisir qui s’envole
Et les amis que j’ai perdus ! Continuer la lecture de « « Les Regrets » de Nicolas-Germain Léonard »

« Chanson de Croisade » de Conon de Béthune

Chanson de croisade

IV

Chanson
chanson Par stopmangohome

Hélas ! Amour, quelle dure séparation
Il me faudra souffrir de la meilleure
Qui fut jamais aimée et servie !
Que Dieu me ramène à elle par sa bonté
Aussi vraiment que je m’en éloigne avec douleur !
Las ! qu’ai-je dit ? Je ne m’en éloigne pas :
Si mon corps va servir Notre Seigneur,
Mon coeur tout entier reste en son pouvoir.

Pour lui je m’en vais soupirant en Syrie,
Car je ne dois pas faillir à mon Créateur :
Qui lui fera défaut dans ce besoin d’aide,
Sachez qu’il manquera dans un plus grand besoin.
Et sachent bien les grands et les petits
Qu’on doit là-bas faire acte de chevalerie,
Où l’on conquiert paradis et honneur
Et prix et gloire et l’amour de sa mie. Continuer la lecture de « « Chanson de Croisade » de Conon de Béthune »

Poème érotique de Tibors de Sarenom

Beau doux ami, je puis vous dire, et en toute sincérité
que jamais sans désir ne fus
depuis qu’il vous a plu d’être mon tendre amant ;
et que pas une fois non plus,
beau doux ami,
n’a cédé mon besoin sans cesse de vous voir…
que jamais je n’en fus à éprouver regret…
que jamais il n’advint – me quittant irrité –
que j’aie goûté de joie avant votre retour…

Tibors de Sarenom

« Les femmes troubadours »

« Le soufflet qui enfla la joue » de Claude D'Esternod

« Le soufflet qui enfla la joue »

[singlepic id=11 w=320 h=240 float=right]Dessus mon visage de bois
Vous touchastes de vos cinq doigts
Et, ausi tost, ma chalemie
Alla enfler; mais, je parie
Que si je touchois, d’un seul doigt,
En un certain petit endroit,
Vous enfleriez bien davantage;
Mon courtaut estant des plus sages,
Rouge en chapeau de Cardinal, Continuer la lecture de « « Le soufflet qui enfla la joue » de Claude D'Esternod »