« Amour, lors que premier ma franchise fut morte » par Étienne de la Boétie

Amour, lors que premier ma franchise fut morte

Claudine
claudine (summer 06) Par xmarksmyhands

Amour, lors que premier ma franchise fut morte,
Combien j’avois perdu encor je ne sçavoy,
Et ne m’advisoy pas, mal sage, que j’avoy
Espousé pour jamais une prison si forte.

Je pensoy me sauver de toy en quelque sorte,
Au fort m’esloignant d’elle ; et maintenant je voy
Que je ne gaigne rien à fuir devant toy,
Car ton traict en fuyant avecques moy j’emporte. Continuer la lecture de « « Amour, lors que premier ma franchise fut morte » par Étienne de la Boétie »

« Amour déchirure » par Abdeslam Kaissy

Amour déchirure

Mon amour, ma passion, ma douleur
Je me meurs en toi, mon coeur est en pleurs
Je veux te voir, te revoir et encore te revoir
Jusqu’à la déchirure, jusqu’au désespoir
Caresser ta peau, m’imprégner de tes senteurs
Sentir tes courbes généreuses, ouïr ton cœur
Honnir ce qui fait ta déprime, abhorrer ta peur
Tes élans métaphysiques et ton anti-mémoire
Ta douce schizophrénie minée par l’espoir Continuer la lecture de « « Amour déchirure » par Abdeslam Kaissy »

« De pleurs et d'amour » de Marie-Ange Gonzales

De pleurs et d’amour

Je n'avais qu'un seul mot à lui dire...
Je n’avais qu’un seul mot à lui dire… Par mkorchia

Vous me parlez de corps de désirs et d’envies
Je vous parle de cœur, de ma vie et mes folies…
Vous cherchez un ailleurs, un peu sombre et libertin
Vous avez une femme, une fille, une vie

Céder à vos caprices, accepter vos tourments
Vous porter en mon sein serait une erreur…
Ce n’est pas mon destin..

Auprès de moi vit celui que j’attendais sans fin.

Je ne veux pas de secret lourd à porter,
Vos nuits aux miennes ne sont plus liées,
Votre cœur au sien s’est donné,
Dans ses bras vous vous êtes glissé.

Offerte par vous au désespoir, à la nuit
J’ai jeté mes souvenirs au temps passé
Ramassé mes larmes à vos pieds oubliées
Et traîner ma vie en débris laissée.

Dans le caniveau mon ombre et mon âme en errance…. Continuer la lecture de « « De pleurs et d'amour » de Marie-Ange Gonzales »

« Octosyllabes amoureux » de Béatrice Dominguez

Octosyllabes amoureux

Mon bel amour, vièle d’espoir !
Où menez-vous ce cœur si fou ?
Vous étiez tout à moi. Si doux,
Ces silences entre nous, le soir…

Terrible amour, mon désespoir,
Je n’avais de souci que vous,
Vous n’aviez de projet que nous,
Tout a péri dans le miroir !

Si tu renais, ô temps passé,
Dis-lui, je veux qu’il se souvienne
De notre amour ce point gansé,

Délibérément effacé,
Et par pitié qu’il me revienne,
Car de souffrir j’ai trop assez…

Béatrice Dominguez

 

[singlepic id=104 w=320 h=320 mode=web20 float=center]

Crédit Photo : Amoureux 1642 Par jean-pierre jeannin

« Enfants du désespoir » de Cypora Sebagh

Enfants du désespoir

Sourire
Sourire Par |JL62|

Enfants du désespoir, du Mali, du Soudan,
Enfants persécutées, compagnes de galère ;
Qui a le droit de mutiler vos corps d’enfants ?
Meurtries, martyrisées, vous n’avez qu’à vous taire !

A Bamako comme à Kaboul ou Dongola,
Nul ne vous voit, ils vous ont volé la lumière !
Ce monde est fou et muselé par des mollahs !
…La liberté n’a pas de nom, ni de frontières ! Continuer la lecture de « « Enfants du désespoir » de Cypora Sebagh »

« À la plus belle de mes yeux : Gilon » de Germain-Colin Bucher

À la plus belle de mes yeux : Gilon

Devant les dieux de clémence et concorde
Et devant toi, fille non comparable,
De qui mon âme attend miséricorde,
Je fais un voeu solennel et durable.
Que la grand’ grâce en ton corps admirable
Ne me fait point poursuivre ta merci,
Non ta beauté sur Hélène exemplable,
Non ta maison, non ta richesse aussi ;  Continuer la lecture de « « À la plus belle de mes yeux : Gilon » de Germain-Colin Bucher »