« Absence, Absence, Absence, ô cruelle divorce » de Christofle de Beaujeau

Absence, Absence, Absence, ô cruelle divorce

Absence, Absence, Absence, ô cruelle divorce,
Pitié des affligés, maison d’obscurité,
Qui ruine tout le monde, et dont l’autorité
Fait de nouveaux enfers, connaissant bien sa force,

Pourquoi, hélas pourquoi, ô misérable amorce,
De mes soudainetés, as-tu précipité
Mon coeur sur tous les coeurs, amoureux éventé,
Indomptable et lointain, et qui n’a que l’écorce ? Continuer la lecture de « « Absence, Absence, Absence, ô cruelle divorce » de Christofle de Beaujeau »

« À une inconnue » de Pierre-Fernand Crasset Mauviel

À une inconnue

Toute de bleu vêtue en sa jupe moulante
Perdue en des pensées,elle semblait hautaine
Indifférente aux lieux en sa démarche lente
Elle allait, elle allait, mystérieuse, lointaine

D’une fente à sa jupe, sa jambe par à coup
Furtive s’échappait attirant mon regard
Boucles ensoleillées,un foulard à son cou
D’un œil elle jaugea le vieux à l’air ringard

Longtemps je la suivis,disparaissant au loin
Comme au fil des années ma jeunesse adorée
Ô!ma belle inconnue, je t’envie néanmoins

Lors, j’envie ta beauté interdite par l’âge
Mais un jour tu seras par cette vie dorée
Délaissée tel que moi,ne crains rien, aie courage

Pierre-Fernand Crasset Mauviel
Femmes, je vous aime
Carolinny Mendonça (40 Graus Models) - Preview Botswana

« à aimer quelqu'un…… » de Pierre-Fernand Crasset Mauviel

À aimer quelqu’un

à aimer quelqu’un en secret
Voilà le passe-temps discret
Du chançard, direz-vous, en chœur
Hélas, mes amis, pour mon cœur
Un dilemme, parfois, des regrets

Car l’Amour fait fi des décrets
Tout cœur à ce jeu se soumet
Sans penser, presque sans rancœur
à aimer quelqu’un (en secret )

Souhaitant un pardon discret
Faites grâce à ce Pierre Crasset
Porté par l’élan de son cœur
Sa conduite, il le sait, écœure
Car toujours, il est encor prêt
à aimer quelqu’un (en secret )

Pierre-Fernand Crasset Mauviel
Aimer quelqu'un c'est aussi aimer le bonheur de quelqu'un. Par Casse-Noisette

« Muse, n'est-ce point là le feu de la Déesse » de Salomon Certon

Muse, n’est-ce point là le feu de la Deesse

Muse, n’est-ce point là le feu de la Deesse
Qui naquit autrefois dans le champ marinier,
Qui d’un brin esclattant ne nous veut denier
Du matin qui s’en vient le jour et la promesse ?

Desja, n’est-ce point là l’aurore qui se dresse,
Vermillonnant ces Montz de son char saffranier ?
Desja, n’est-ce point là le flambeau journalier,
Qui des plus petits feux faict escarter la presse ?

C’est le jour, pour le seur, c’est le poinct asseuré
Qui te delivrera du combat enduré,
Qui t’a toute la nuict fait guerre si cruelle,

Mon oeil ne veille plus, tu es en liberté
De t’aller reposer par le jour appresté,
Qui t’annonce le point de ceste aube nouvelle.

Salomon Certon

[singlepic id=81 w=320 h=240 mode=web20 float=center]

Jackie Martinez (#13250) Par mark sebastian

« La Belle au Bois dormait… » de Paul Verlaine

La Belle au Bois dormait

La Belle au Bois dormait. Cendrillon sommeillait.
Madame Barbe-bleue ? elle attendait ses frères ;
Et le petit Poucet, loin de l’ogre si laid,
Se reposait sur l’herbe en chantant des prières.

L’Oiseau couleur-du-temps planait dans l’air léger
Qui caresse la feuille au sommet des bocages
Très nombreux, tout petits, et rêvant d’ombrager
Semaille, fenaison, et les autres ouvrages.

Les fleurs des champs, les fleurs innombrables des champs,
Plus belles qu’un jardin où l’Homme a mis ses tailles,
Ses coupes et son goût à lui, – les fleurs des gens ! –
Flottaient comme un tissu très fin dans l’or des pailles, Continuer la lecture de « « La Belle au Bois dormait… » de Paul Verlaine »

« Gente Dame » de Tristan Corbière

Gente Dame

Il n’est plus, ô ma Dame,
D’amour en cape, en lame,
Que Vous ! …
De passion sans obstacle,
Mystère à grand spectacle,
Que nous ! …

Depuis les Tour de Nesle
Et les Château de Presle,
Temps frais,
Où l’on couchait en Seine
Les galants, pour leur peine…
– Après. –

Quand vous êtes Frisette,
Il n’est plus de grisette
Que Toi ! …
Ni de rapin farouche,
Pur Rembrandt sans retouche,
Que moi !

Qu’il attende, Marquise,
Au grand mur de l’église
Flanqué,
Ton bon coupé vert-sombre,
Comme un bravo dans l’ombre,
Masqué.

– A nous ! – J’arme en croisière
Mon fiacre-corsaire,
Au vent,
Bordant, comme une voile,
Le store qui nous voile :
– Avant ! … Continuer la lecture de « « Gente Dame » de Tristan Corbière »

« Quand tu me vois baiser tes bras » de Théophile de Viau

Quand tu me vois baiser tes bras

Stances

Quand tu me vois baiser tes bras,
Que tu poses nus sur tes draps,
Bien plus blancs que le linge même,
Quand tu sens ma brûlante main
Se pourmener dessus ton sein,
Tu sens bien, Cloris, que je t’aime.

Comme un dévot devers les cieux,
Mes yeux tournés devers tes yeux,
A genoux auprès de ta couche,
Pressé de mille ardents désirs,
Je laisse sans ouvrir ma bouche,
Avec toi dormir mes plaisirs. Continuer la lecture de « « Quand tu me vois baiser tes bras » de Théophile de Viau »

« Je devine, à travers un murmure » de Paul Verlaine

Je devine, à travers un murmure

Je devine, à travers un murmure,
Le contour subtil des voix anciennes
Et dans les lueurs musiciennes,
Amour pâle, une aurore future !

Et mon âme et mon cœur en délires
Ne sont plus qu’une espèce d’œil double
Où tremblote à travers un jour trouble
L’ariette, hélas ! de toutes lyres !

O mourir de cette mort seulette
Que s’en vont, cher amour qui t’épeures, –
Balançant jeunes et vieilles heures !
O mourir de cette escarpolette !

Paul Verlaine
Poème La Bouche, de Marie Nizet
Lips, par Lips