« Un poème » de Raymond Queneau

Un poème

Bien placés bien choisis
quelques mots font une poésie
les mots il suffit qu’on les aime
pour écrire un poème
on ne sait pas toujours ce qu’on dit
lorsque naît la poésie
faut ensuite rechercher le thème
pour intituler le poème
mais d’autres fois on pleure on rit
en écrivant la poésie
ça a toujours kékchose d’extrème
un poème

Raymond Queneau

[singlepic id=38 w=320 h=240 mode=web20 float=center]
Lorsque l’enfant était enfant… Par L’Ubuesque Boîte à Savon

« L’amour et la mort » de Louise-Victorine Ackermann

Amour à mort

L’amour et la mort

À M. Louis de Ronchaud

I

Regardez-les passer, ces couples éphémères !
Dans les bras l’un de l’autre enlacés un moment,
Tous, avant de mêler à jamais leurs poussières,
Font le même serment :

Toujours ! Un mot hardi que les cieux qui vieillissent
Avec étonnement entendent prononcer,
Et qu’osent répéter des lèvres qui pâlissent
Et qui vont se glacer.

Vous qui vivez si peu, pourquoi cette promesse
Qu’un élan d’espérance arrache à votre coeur,
Vain défi qu’au néant vous jetez, dans l’ivresse
D’un instant de bonheur ?

Amants, autour de vous une voix inflexible
Crie à tout ce qui naît : « Aime et meurs ici-bas !  »
La mort est implacable et le ciel insensible ;
Vous n’échapperez pas.

Eh bien ! puisqu’il le faut, sans trouble et sans murmure,
Forts de ce même amour dont vous vous enivrez
Et perdus dans le sein de l’immense Nature,
Aimez donc, et mourez ! Continuer la lecture de « « L’amour et la mort » de Louise-Victorine Ackermann »

« Une beauté de quinze ans enfantine » de Pierre de Ronsard

Une beauté de quinze ans enfantine

Une beauté de quinze ans enfantine,
Un or frisé de maint crêpe anelet,
Un front de rose, un teint damoiselet,
Un ris qui l’âme aux Astres achemine ;

Une vertu de telles beautés digne,
Un col de neige, une gorge de lait,
Un coeur jà mûr en un sein verdelet,
En Dame humaine une beauté divine ;

Un œil puissant de faire jours les nuits,
Une main douce à forcer les ennuis,
Qui tient ma vie en ses doigts enfermée

Avec un chant découpé doucement
Ore d’un ris, or’ d’un gémissement,
De tels sorciers ma raison fut charmée.

Pierre de Ronsard

[singlepic id=12 w=320 h=240 mode=web20 float=center]

« D'une courtizanne à Venus » de Pierre de Ronsard

D’une courtizanne à Venus

Si je puis ma jeunesse folle
Hantant les bordeaus, garentir
De ne pouvoir jamais sentir
Ne poulains, chancre, ne verole :

O Venus ! de Bacus compaigne,
A toi je promets, en mes voeus,
Mon éponge, et mes faus cheveux,
Mon fard, mon miroer, et mon paigne.

Pierre de Ronsard

Venus Anadyomené by Ödön Moriet, c. 1912. Hungarian National Gallery

Poème d'amour Antique (-1290 – -1070 avant JC)

Sept jours, que je n’ai vu la sœur 1 ;
La maladie s’est insinuée en moi.
Mon corps est devenu lourd,
Et j’ai perdu toute conscience
Quand viennent à moi les chefs-médecins,
Je ne puis être calmé de leurs remèdes ;
Les ritualistes, l’issue n’est pas de leurs côtés :
On ne peut discerner ma maladie.
Mais qu’on me dise : le voici ! voilà qui me ferait revivre ;
Qu’on prononce son nom, voilà qui me relèverait.
L’allée et venue de ses messagers,
Voilà qui ferait revivre mon cœur.
La soeur m’est plus bénéfique qu’aucun remède,
Elle m’est plus efficace que la somme médicale
Mon salut : qu’elle entre de l’extérieur ;
Que je l’aperçoive, et je retrouverais la santé.
Qu’elle ouvre les yeux et mon corps rajeunirait,
Qu’elle parle, et je retrouverai la force.
Si je l’enlaçais, elle détournerait le mal de moi,
Mais voici sept jours qu’elle m’a quitté !

Anonyme

1 Le terme de Sœur dans l’Égypte ancienne, désigne l’épouse.

[singlepic id=35 w=320 h=240 mode=web20 float=center]

The Sphinx and the Pyramid of Kephren par Saf’ (Safia Osman)

« A El*** » d'Alphonse de Lamartine

 À El***

Lorsque seul avec toi, pensive et recueillie,
Tes deux mains dans la mienne, assis à tes côtés,
J’abandonne mon âme aux molles voluptés
Et je laisse couler les heures que j’oublie ;
Lorsqu’au fond des forêts je t’entraîne avec moi,
Lorsque tes doux soupirs charment seuls mon oreille,
Ou que, te répétant les serments de la veille,
Je te jure à mon tour de n’adorer que toi ;
Lorsqu’enfin, plus heureux, ton front charmant repose
Sur mon genou tremblant qui lui sert de soutien,
Et que mes doux regards sont suspendus au tien
Comme l’abeille avide aux feuilles de la rose ;
Souvent alors, souvent, dans le fond de mon cœur
Pénètre comme un trait une vague terreur ;
Tu me vois tressaillir; je pâlis, je frissonne,
Et troublé tout à coup dans le sein du bonheur,
Je sens couler des pleurs dont mon âme s’étonne.
Tu me presses soudain dans tes bras caressants,
Tu m’interroges, tu t’alarmes,
Et je vois de tes yeux s’échapper quelques larme. »
Ne m’interroge plus, à moitié de moi-même !
Enlacé dans tes bras, quand tu me dis : Je t’aime ;
Quand mes yeux enivrés se soulèvent vers toi,
Nul mortel sous les cieux n’est plus heureux que moi ?
Mais jusque dans le sein des heures fortunées
Je ne sais quelle voix que j’entends retentir
Me poursuit, et vient m’avertir
Que le bonheur s’enfuit sur l’aile des années,
Et que de nos amours le flambeau doit mourir !
D’un vol épouvanté, dans le sombre avenir
Mon âme avec effroi se plonge,
Et je me dis : Ce n’est qu’un songe
Que le bonheur qui doit finir.

Alphonse de Lamartine
« Nouvelles méditations poétiques »