« La Jeune Veuve » – Jean de la Fontaine

La Jeune Veuve

Jeune Veuve
Le Jour ni l’Heure 1338 : portrait de femme, première moitié du XVIe s., salle des François Clouet, musée Condé, château de Chantilly, Oise, mercredi 18 avril 2012, 12:09:38
Par Renaud Camus

La perte d’un époux ne va point sans soupirs.
On fait beaucoup de bruit, et puis on se console.
Sur les ailes du Temps la tristesse s’envole ;
Le Temps ramène les plaisirs.
Entre la Veuve d’une année
Et la veuve d’une journée
La différence est grande : on ne croirait jamais
Que ce fût la même personne.
L’une fait fuir les gens, et l’autre a mille attraits.
Aux soupirs vrais ou faux celle-là s’abandonne ;
C’est toujours même note et pareil entretien :
On dit qu’on est inconsolable ;
On le dit, mais il n’en est rien,
Comme on verra par cette Fable,
Ou plutôt par la vérité.
L’Epoux d’une jeune beauté
Partait pour l’autre monde. A ses côtés sa femme
Lui criait : Attends-moi, je te suis ; et mon âme,
Aussi bien que la tienne, est prête à s’envoler.
Le Mari fait seul le voyage.
La Belle avait un père, homme prudent et sage :
Il laissa le torrent couler.
À la fin, pour la consoler,
Ma fille, lui dit-il, c’est trop verser de larmes :
Qu’a besoin le défunt que vous noyiez vos charmes ?
Continuer la lecture de « « La Jeune Veuve » – Jean de la Fontaine »

« Un Secret » – Félix Arvers

Un Secret

Mon âme a son secret, ma vie a son mystère,
Un amour éternel en un moment conçu :
Le mal est sans espoir, aussi j’ai dû le taire,
Et celle qui l’a fait n’en a jamais rien su.

Hélas ! j’aurai passé près d’elle inaperçu,
Toujours à ses côtés, et pourtant solitaire.
Et j’aurai jusqu’au bout fait mon temps sur la terre,
N’osant rien demander et n’ayant rien reçu.

Continuer la lecture de « « Un Secret » – Félix Arvers »

« Chinoiserie » – Théophile Gautier

Chinoiserie

Chinoiserie
China Seas Fabric Par Posh Living, LLC

Ce n’est pas vous, non, madame, que j’aime,
Ni vous non plus, Juliette ; ni vous,
Ophelia, ni Beatrix, ni même
Laure la blonde, avec ses grands yeux doux.

Celle que j’aime, à présent, est en Chine ;
Elle demeure, avec ses vieux parents,
Dans une tour de porcelaine fine,
Au fleuve jaune où sont les cormorans.

Continuer la lecture de « « Chinoiserie » – Théophile Gautier »

« Rose au bois vint vers moi » – Victor Hugo

Rose au bois vint vers moi

Je ne songeais pas à Rose ;
Rose au bois vint avec moi ;
Nous parlions de quelque chose,
Mais je ne sais plus de quoi.

J’étais froid comme les marbres ;
Je marchais à pas distraits ;
Je parlais des fleurs, des arbres
Son œil semblait dire :  » Après ?  »

La rosée offrait ses perles,
Le taillis ses parasols ;
J’allais ; j’écoutais les merles,
Et Rose les rossignols.

Moi, seize ans, et l’air morose ;
Elle, vingt ; ses yeux brillaient.
Les rossignols chantaient Rose
Et les merles me sifflaient.

Continuer la lecture de « « Rose au bois vint vers moi » – Victor Hugo »

« Faire de son amour un jour au lieu d'un songe » – Alfred de Musset

Faire de son amour un jour au lieu d’un songe

Songe
Japan Touch 13 Par Yumeroh

Se voir le plus possible et s’aimer seulement,
Sans ruse et sans détours, sans honte ni mensonge,
Sans qu’un désir nous trompe, ou qu’un remords nous ronge,
Vivre à deux et donner son cœur à tout moment;

Respecter sa pensée aussi loin qu’on y plonge,
Faire de son amour un jour au lieu d’un songe,
Et dans cette clarté respirer librement,
Ainsi respirait Laure et chantait son amant.

Continuer la lecture de « « Faire de son amour un jour au lieu d'un songe » – Alfred de Musset »